Belgique

Durant l’entretien, plus d’une fois, les larmes tenteront de s’infiltrer dans ses yeux rougis. Plus d’une fois, la moutarde lui montera au nez. Olivier Rimaux, 46 ans, habitant Asse-Relegem en périphérie nord-bruxelloise crie à "l’injustice".

"Avec ma femme, nous avons trois enfants. La plus grande, 20 ans, a fait ses études, de la maternelle jusqu’à sa rhéto, à Maria Assumpta, une école de Bruxelles en laquelle nous avons pleine confiance et partageons les valeurs. Norah et Elias, onze et douze ans, mes deux autres enfants, ont suivi ses traces : ils sont à Maria Assumpta depuis leur 1re maternelle. Ils y travaillent bien, font de leur mieux, n’ont jamais doublé. Maria Assumpta, qui dispose d’une section secondaire, était donc notre premier choix lors de la remise du formulaire d’inscription en 1ère humanité. Suivi du Sacré-Coeur et du Collège Saint-Pierre de Jette. Nous habitons à 5 kilomètres de la plus éloignée de ces trois écoles. Résultat : Elias et Norah sont sur liste d’attente des trois établissement demandés. 180es à Maria Assumpta, où ils se rendent chaque matin depuis qu’ils ont trois ans, 190es au Sacré-Coeur, 360es à Saint-Pierre !"

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.