Belgique

Monseigneur Léonard s'est retrouvé à plusieurs reprises sous le feu des critiques

BRUXELLES La ministre de la Santé Laurette Onkelinx a fustigé mardi les propos de Monseigneur Léonard stigmatisant les homosexuels. Elle a estimé que ces propos "bafouent" le principe de liberté des pratiques sexuelles entre adultes consentants, "un principe avec lequel certains membres du clergé semblent plutôt avoir pris quelques libertés".

Monseigneur Léonard s'est retrouvé à plusieurs reprises sous le feu des critiques ces dernières semaines après avoir laissé entendre que les homosexuels n'avaient pas un comportement naturel et que le Sida pouvait s'apparenter à une forme de punition de Dieu.

La ministre des Affaires sociales et de la Santé avait été interrogée au parlement sur ces propos mais vu l'agenda politique quelque peu bousculé, les séances de questions avaient été reportées. Mardi, en Commission du Sénat, Laurette Onkelinx a "condamné fermement" les propos du prélat de l'Elgise catholique belge qu'elle a qualifiés de "totalement indignes, irrespectueux, stigmatisants, et surtout consternants".

La sortie du primat de Belgique est d'autant plus inqualifiable qu'elle peut susciter une "culpabilisation supplémentaire" des malades du Sida, qui ont justement besoin d'"une prise en charge respectueuse intégrant les aspects médicaux, psychologiques et sociaux", a-t-elle dit, interrogée par Nele Lijnen (Open Vld).

La ministre a par ailleurs "condamné fermement" les faits de pédophilie commis au sein de l'Eglise, soulignant qu'il appartenait à la justice des hommes de les juger.

Elle s'est déclarée "favorable" à la tenue d'un débat sur la subsidiation de l'Eglise par l'Etat.

© La Dernière Heure 2010