Belgique Quelques semaines après avoir coupé les cornes de ses rhinocéros pour des raisons de sécurité, le parc Pairi Daiza les a détruites. Ce vendredi, les cornes coupées ont été brûlées.

Le parc Pairi Daiza a décidé d'optimiser les procédures de sécurité déjà en vigueur pour protéger ses rhinocéros en réaction à un acte de barbarie commis sur un rhinocéros blanc en France par des voleurs qui se sont emparés de la corne de l'animal. Les bouts des cornes des rhinocéros du parc hennuyer, raccourcies en mars, ont été brûlés vendredi. Après l'acte posé le 6 mars dernier au parc animalier de Thoiry en France, où un rhinocéros blanc mâle de 4 ans a été abattu pendant la nuit par des voleurs qui ont scié et emporté la corne de l'animal, le parc Pairi Daiza à Brugelette a, dans les heures qui ont suivi, pris la décision de raccourcir les cornes de ses rhinocéros. Cette opération indolore et temporaire a été décidée à titre de mesure additionnelle aux procédures de sécurité déjà opérationnelles à Pairi Daiza pour contrer les éventuels braconniers.

Vendredi, les bouts des cornes raccourcies ont été détruites brûlés. "Nous avons détruits les cornes car nous trouvons inadmissible que des individus indélicats se fassent de l'argent sur une imposture scientifique concernant de prétendues vertus thérapeutiques de la poudre de corne", a expliqué Eric Domb, directeur du parc Pairi Daiza. "Ces individus portent, qui plus est, atteinte à l'intégrité des rhinocéros, qui est en voie de disparition".

Le rhinocéros blanc est le plus grand animal terrestre après l'éléphant. Il n'en reste aujourd'hui que quelque 20.000 dans la nature; 1.338 sont morts en 2015, braconnés pour leur corne, souvent par des groupes armés organisés.

"Il faut savoir que la corne nasale du rhinocéros est composée de kératine et n'est autre qu'un agglomérat de poils; la couper est donc temporaire car, comme les cheveux ou les ongles, elle repousse", a expliqué Eric Domb. "Quand nous avons accueilli nos rhinocéros en 2012, les cornes avait été raccourcies et elles ont, depuis lors, retrouvé leur taille normale de 1 mètre 50. Notre vétérinaire a réduit les cornes avec des spécialistes de cet exercice, jusqu'à la hauteur qui garantit la repousse. Si nous avons pris cette décision, c'est pour protéger les animaux de la convoitise de ces individus qui mettent la vie des rhinocéros en danger en s'attaquant à leur corne, qu'ils revendent à des prix pouvant aller jusqu'à 60.000 dollars le kilo. La mesure de protection et de dissuasion que nous avons prise pourra être répétée en fonction des circonstances".

La corne de rhinocéros est composée, comme les ongles ou les cheveux humains, de kératine. Cette substance, réduite en poudre, est très prisée, notamment, en Chine ou au Vietnam où on y voit des vertus thérapeutiques qui n'ont jamais été vérifiées scientifiquement. "Il n'y a aucune réalité scientifique derrière ces prétendues vertus thérapeutiques ou aphrodisiaques de la corne de rhinocéros", a précisé Eric Domb. "Mais la croyance, débile, et la demande sont énormes et, donc, l'offre vient y répondre. C'est une absurdité économique qui met en danger la vie des animaux. Le rhinocéros noir est grandement menacé. Le rhinocéros blanc doit être très protégé. L'Afrique du Sud serait sur le point de légaliser à nouveau le commerce de la corne de rhinocéros, ce qui pourrait avoir comme effet une réduction des prix et donc le découragement des crapules qui organisent les trafics".

Quatre rhinocéros blancs, deux femelles, un mâle et un petit né le 22 mars 2016, vivent actuellement au parc Pairi Daiza à Brugelette.