Belgique

Paul Marchal, père d'An, l'une des victimes de Marc Dutroux, n'a pas voulu beaucoup réagir à la lettre envoyée par l'avocat de Marc Dutroux. Les époux Marchal ont reçu cette lettre mercredi.

"Après 23 ans, il est temps que ce cirque s'arrête. On ne joue plus", a commenté Paul Marchal par téléphone. La lettre rédigée en français est parvenue à l'ancien avocat de Paul Marchal, qui l'a scannée pour la transmettre à la famille Marchal.

Le père d'Eefje, Jean Lambrecks, n'avait pas encore reçu le courrier.

Dans cette lettre, Marc Dutroux se dit prêt à répondre aux questions des familles des victimes si celles-ci en avaient. Il a été condamné à la perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour l'enlèvement et l'assassinat de Julie, Mélissa, An et Eefje. Laetitia et Sabine avaient été retrouvées vivantes.


Jean-Denis Lejeune : "Rien ne me rendra ma fille"

Jean-Denis Lejeune a publié sur Facebook l'intégralité de la lettre qu'il a reçue de l'avocat de Marc Dutroux en la commentant.

Le papa de Julie déplore notamment le manque de personnalisation de la lettre qui commence par "Madame, Mademoiselle, Monsieur", "alors qu'il n'avait que 6 lettres à envoyer".

"Que je sache, on ne s'est pas emmuré dans le silence. Que du contraire, on a n'a pas arrêté de poser nos questions ! Mais jamais nous n'avons eu la même version. Chacun des inculpés avait sa propre version et tellement différentes qu'on ne sait qui croire", souligne encore Jean-Denis Lejeune.

Dans la lettre, "l'avocat parle aussi de justice réparatrice. Qu'y a-t-il à réparer? Rien ne me rendra ma fille!"

"Il n'y a pas de place pour le dialogue avec votre client", conclut-il.

Le père d'Eefje, Jean Lambrecks, a également reçu une lettre de Marc Dutroux

Jean Lambrecks, le père d'Eefje, l'une des victimes de Marc Dutroux, a également reçu mercredi soir la lettre envoyée par l'avocat de Marc Dutroux. "Comme on pouvait s'y attendre, il s'agit d'un coup de publicité majeur d'un avocat avec beaucoup de temps et peu de clients. C'est une pamphlet dénué de sens. La lettre n'a même pas été traduite. Les coûts pour la traduction sont pour ainsi dire pour nous", a-t-il réagi. Jean Lambrecks a reçu la lettre par l'intermédiaire de son ancien avocat. Dans le courrier, Marc Dutroux se dit prêt à répondre aux questions des familles des victimes si celles-ci en avaient. La lettre s'inscrirait dans l'une des conditions que Marc Dutroux doit remplir dans le cadre d'une éventuelle libération conditionnelle anticipée.

"Si j'étais Marc Dutroux, je me mettrais à la recherche d'un autre avocat, car ceci ne cause que des dommages", a commenté pour sa part la compagne de Jean Lambrecks, Els Schreurs.

Jean Lambrecks a envoyé plusieurs fois des lettres à Marc Dutroux, mais il n'a jamais reçu de réponse, encore moins une réaction.

Marc Dutroux a été condamné à la perpétuité et à 10 ans de mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour l'enlèvement et l'assassinat de Julie, Mélissa, An et Eefje.

Laetitia et Sabine avaient été retrouvées vivantes.