Belgique

Pierre-Yves Dermagne, chef de groupe PS au parlement wallon, évoque le “coup” de Benoît Lutgen, il y a tout juste un an. Il critique la majorité MR-CDH mais reconnaît une part de responsabilité du PS, comme des autres partis, dans la montée des populismes. Entretien.

Ministre wallon entre janvier et juillet 2017, Pierre-Yves Dermagne (PS), qui avait remplacé Paul Furlan, emporté par l’affaire Publifin, a rebondi comme chef de groupe PS au parlement wallon. Dans l’opposition, il revient notamment sur le coup de Jarnac du CDH, qui a envoyé son parti dans l’opposition, le 19 juin 2017.

Un an après la décision du CDH de renverser la majorité, en êtes-vous remis ?

(...)