Belgique La police confirme l’énorme manifestation organisée le 7 décembre en soutien au président catalan déchu Carles Puigdemont.

Que ce soit en voiture, en train, en avion ou en autocar, ce sont des dizaines de milliers de manifestants qui vont débarquer dans la capitale le jeudi 7 décembre en provenance de toute l’Europe. Le but : soutenir le président catalan déchu, Carles Puigdemont, toujours exilé à Bruxelles. Une information communiquée dans La DH du 14 novembre aujourd’hui confirmée par la police.

"Une demande officielle a effectivement été émise par les organisateurs le 9 novembre. Entre-temps, deux réunions ont eu lieu afin d’organiser l’encadrement de cet événement. Une autre réunion est prévue prochainement étant donné que l’on ne connaît pas encore le programme complet de la journée", explique Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles.

Les organisateurs évoquent la venue, pour le moment, de 10.000 manifestants. Mais ils seront en réalité bien plus nombreux. Preuve en est, les 18.000 chambres d’hôtel de la Région bruxelloise affichent déjà complet et de nombreux vols charters ont été affrétés pour faire des allers-retours depuis les quatre coins de l’Europe.

Deux organisations indépendantistes catalanes - ONC et Omnium Cultural - sont à l’origine de cette manifestation sous le slogan "Tous à Bruxelles". Le rendez-vous est fixé dès 10 h dans le parc du Cinquantenaire. Les manifestants se mettront en marche à partir de 11 h et se rendront du côté du rond-point Schuman pour manifester devant le siège des institutions européennes. Cette manifestation est organisée en marge des élections anticipées qui auront lieu le 21 décembre en Catalogne.

"La manifestation à Bruxelles est organisée dans le but de soutenir les revendications indépendantistes devant l’Union européenne et le monde entier", peut-on lire sur de nombreux sites d’information catalans.

Du côté de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, la pression sera maximale afin d’encadrer au mieux cet événement. Les modalités précises du déploiement policier doivent encore être définies mais une chose est sûre, l’ambiance s’annonce d’ores et déjà tendue vu le contexte politique !