Prisons : préavis de grève maintenu jusqu'au 16 mai

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Les syndicats réclamaient des garanties écrites de la part du gouvernement, mais ils n'ont pas obtenu satisfaction

BRUXELLES Les syndicats en front commun ont décidé de maintenir leur préavis de grève jusqu'au 16 mai, a appris l'agence Belga à l'issue d'une réunion vendredi après-midi entre la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, et les syndicats, portant sur les mesures de sécurité et d'économie liées au secteur des prisons. Les organisations syndicales réclamaient des garanties écrites de la part du gouvernement, mais elles n'ont pas obtenu satisfaction, selon elles.

Elles estiment toutefois que les mesures approuvées vendredi au kern vont dans le bon sens. Le maintien du cadre actuel, alors que 393 postes de gardien de prison étaient menacés, est une bonne décision, reconnaissent les syndicats chrétien, socialiste et libre. "On ne va pas crier pour autant victoire puisque le cadre n'est que maintenu", nuance le secrétaire permanent du SLFP, Pascal Verhelst. Malgré le maintien du cadre, les organisations syndicales ne sont pas rassurées à ce stade, tant sur ce point que sur les autres mesures annoncées par la ministre de la Justice, faute de garantie écrite.

Les syndicats réclament la rédaction d'un procès-verbal de la réunion de vendredi au cabinet de la ministre, qui n'a duré qu'une heure trente, et la signature d'un protocole d'accord. "Nous voulons de réels engagements par écrit de la part du kern", a déclaré le secrétaire permanent CSC pour la Justice, Serge De Prez. "Ce ne serait pas la première fois que des accords ne sont pas respectés. Nous sommes donc excessivement méfiants, surtout que les réponses de la ministre à nos questions sur le coût des mesures sont restées floues", a ajouté le secrétaire fédéral CGSP, Michel Jacobs. Le syndicat SLFP craint pour sa part de se retrouver dans deux mois dans une situation identique à celle d'aujourd'hui - avec une surpopulation carcérale de 20% et de nouveaux faits de violence dans les prisons - sans engagement ferme du gouvernement.

Les syndicats réclament avant tout des garanties budgétaires, soulignant que certaines mesures avancées par la ministre de la Justice engendreront des coûts et du personnel supplémentaires. "Tout est lié", résume M. De Prez. Les trois syndicats soutiennent que la ministre n'a pu fournir d'explication claire et détaillée au sujet du financement des mesures déjà avancées au début de la semaine.

La ministre Turtelboom a toutefois proposé aux syndicats de mettre en place un monitoring visant à évaluer les dépenses engendrées par ces mesures. Une réunion se tiendra à ce sujet le 16 mai, nouvelle date d'échéance du préavis.

Du côté du syndicat chrétien, on fait remarquer qu'il existe déjà des monitorings au sein du SPF Justice. Un comité sectoriel se penchera le 9 mai sur le plan du personnel des agents pénitentiaires. Les syndicats craignent que le cadre actuel des gardiens soit maintenu au détriment d'autres services du SPF Justice, aucune nouvelle enveloppe budgétaire n'ayant été dégagée.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner