Belgique

Le ministère français de l'Agriculture a publié une liste actualisée qui comporte désormais 20 références de produits contenant des traces de fipronil vendus en France, dont notamment des gaufres et des gâteaux frangipane fabriqués aux Pays-Bas ou en Belgique.

Trois nouvelles références, des mini gaufres de la marque Les Trouvailles de Luciles et des gâteaux frangipane et mini-frangipane Lotus, ont été rajoutées à cette liste disponible sur le site du ministère de l'Agriculture.

La première liste comptait dix-sept références de gaufres sous marque Leclerc, Carrefour, Intermarché, Leader Price, Franprix, Système U, Monoprix et Casino mises sur le marché depuis le 23 juin.

Les produits listés par le ministère sont retirés du marché car ils contiennent du fipronil à une concentration supérieure à la limite réglementaire, indique le ministère de l'Agriculture. Toutefois, ces produits ne présentent "pas de risque pour la santé", ajoute-t-il en précisant qu'ils sont publiés "dans un souci d'information du consommateur".

Cette liste est évolutive et sera complétée au fur et à mesure des confirmations de la présence de fipronil dans des produits au-dessus de la limite autorisée, rappelle le ministère sur son site.

A ce jour, le ministère a recensé seize établissements de transformation, deux conditionneurs d'oeufs et 40 grossistes ayant importé des oeufs ou des produits à base d'oeufs susceptibles de contenir du fipronil.

De nouveaux produits, cette fois fabriqués en France, pourraient donc se rajouter ultérieurement à cette liste.

L'utilisation de cet insecticide interdit en Europe sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire par des sociétés de désinfection intervenant dans des exploitations agricoles aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne et dans le Pas-de-Calais a causé un scandale sanitaire qui touche désormais au moins 17 pays européens.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert avait indiqué mardi qu'au fur et à mesure que des résultats d'analyse seraient connus, le nom de l'ensemble des produits contaminés serait rendu public sur le site du ministère.