Belgique

L'ancien patron d'Ogeo Fund Stéphane Moreau a dénoncé vendredi l'acharnement judiciaire dont il estime faire l'objet dans un volet du dossier Tecteo-Ogeo pour lequel le parquet demande son renvoi en correctionnelle, et a souligné en revanche la demande de non-lieu dans un autre volet.

"M. Moreau constate, avec satisfaction, que l'inculpation dont il a fait l'objet en 2014 par le juge d'instruction Richard fait l'objet d'une demande de non-lieu par le parquet lui-même. Il en va de même dans les 16 autres dossiers concernant Tecteo. Il s'agit là de la principale information de ce réquisitoire, à savoir qu'après neuf années d'enquête et 18 perquisitions relatives à Tecteo, le parquet ne retient aucune charge à l'égard de M. Moreau", fait-il savoir dans un communiqué.

Dans les volets Ogeo, Stéphane Moreau répète que sa participation à un séminaire commercial, pour laquelle le parquet demande le renvoi en correctionnelle, n'a pas nécessité qu'Ogeo débourse un euro et qu'il est étranger à deux autres opérations "de pure technique financière".

M. Moreau dénonce un acharnement judiciaire portant sur des quelques dossiers connexes.

L'ancien bourgmestre PS d'Ans rappelle la récusation pour inimitié capitale du juge d'instruction précédemment chargé de l'enquête et souligne que son successeur ne l'a finalement inculpé dans aucun dossier. Malgré cela, le substitut du procureur général, "ancien affilié du parti socialiste de la section d'Ans, a tracé un réquisitoire de renvoi sur les dossiers connexes. Nous nous trouvons face à des insinuations calomnieuses, le conseil d'administration d'Ogeo ayant à de nombreuses reprises délibéré sur les dossiers évoqués et n'ayant retenu aucun grief à l'égard de M. Moreau", ajoute le communiqué.