Belgique

Le SPF Mobilité n'a jamais contrôlé aussi peu de camions que l'an dernier. 

Quelque 21.189 contrôles ont été menés en 2017 afin de détecter des fraudes sociales, contre plus de 24.000 l'année précédente et 45.592 en 2008. C'est ce que révèlent les chiffres demandés par le sénateur Peter Van Rompuy (CD&V), et cités par L'Echo et De Tijd mercredi. L'an dernier, seules 172 infractions ont été constatées, avec à peine six procès-verbaux dressés et 166 amendes encaissées immédiatement. Le SPF Mobilité reconnaît qu'il réalise beaucoup moins de contrôles destinés à lutter contre la fraude sociale sur les camions.

"Nous avons subi une réduction de 20% de notre personnel, ce qui peut expliquer la baisse du nombre de contrôles", affirme le ministre de la Mobilité François Bellot (MR). "La répartition des contrôles dans tout le pays est aussi plus difficile à organiser, étant donné que chaque contrôleur est responsable d'un plus grand territoire. Résultat: les déplacements demandent plus de temps et il reste moins de temps pour les contrôles en tant que tels."

Le ministre affirme en outre que "d'autres méthodes alternatives pour résoudre ce problème" sont à l'étude. "Par exemple, nous sommes en train de développer un projet informatique qui devrait permettre de vérifier plus facilement les documents présentés par les chauffeurs. L'avantage c'est que le temps par contrôle va se réduire, et que les camions pourront être plus vite libérés en cas de constat d'infraction." Les caméras ANPR, capables de reconnaître les plaques d'immatriculation, devraient également aider.