Relisez le chat sur les résultats du sondage politique

Antoine Clevers Publié le - Mis à jour le

Belgique

Elle rafle 26 % des voix et le CD&V devient 3e parti; côté francophone, le MR s’effondre

Relisez le chat

Le public se moque de Marianne Thyssen durant un débat

Notre page élections

BRUXELLES Trois enseignements majeurs sont à tirer du dernier baromètre politique réalisé par Ipsos Belgium pour le compte de La Libre Belgique et de RTL-TVi  :

1 : les nationalistes flamands de la N-VA devraient être les grands vainqueurs des élections du 13 juin; 2 : le MR s’effondre complètement en Wallonie; 3 : Elio Di Rupo, le président du PS, apparaît comme étant un candidat très sérieux au poste de Premier ministre.

Reprenons… De sondage en sondage, la domination de la N-VA se confirme. Le baromètre de La Libre lui accorde quelque 26 % des intentions de vote. Elle est ainsi largement le premier parti en Flandre. Devant… les socialistes du sp.a.

Avec ses 16,3 %, le sp.a dépasse de peu le CD&V (16,2 %) qui perd, lui, plus de 6 % par rapport aux régionales de 2009 – seule comparaison possible car N-VA, CD&V et sp.a se présentaient sous une autre forme aux élections législatives de 2007.

Pour le reste, les extrémistes du Vlaams Belang sont la quatrième formation flamande, une place devant l’Open VLD. Les libéraux pointent à 13,6 % d’intentions de vote.

Paradoxe : Alexander De Croo, le président de l’Open VLD, est la deuxième personnalité politique préférée des Flamands. Cela voudrait dire que les électeurs ne lui font pas payer la chute du gouvernement qu’il avait provoquée en quittant la majorité.

De Croo est par ailleurs largement devancé par son homologue de la N-VA, Bart De Wever, en tant que personnalité préférée.

Côté francophone, la dégringolade annoncée du MR est en train de se confirmer. Les réformateurs perdent 11 points en Wallonie par rapport aux législatives de 2007 ! Ils sont pointés à 20,2 %. Soit à peine plus de 1 % devant Écolo (18,9; + 6,1 %) qui confirme sa place sur le podium francophone, devant le CDH (16,1 %).

Le MR se consolera à Bruxelles où il reste la première formation politique. Il obtient 22,7 %, ce qui représente tout de même une chute de 9,3 % par rapport à 2007. Le PS est deuxième avec 19,4 % (- 2,1 %). En revanche, les socialistes (30 %) sont largement en tête en Wallonie.

On notera par ailleurs la cinquième place attribuée chez les francophones au Parti populaire (PP) de Mischaël Modrikamen et Rudy Aernoudt. Il recueille 4,1 % d’intentions de vote en Wallonie et quelque 8,8 % à Bruxelles.

En Wallonie, la personnalité politique préférée est Elio Di Rupo, le président du PS. Il est deuxième à Bruxelles derrière un certain Guy Verhofstadt (Open VLD). Et à la question “quelle personnalité politique de cette liste souhaiteriez-vous avoir comme Premier ministre ?” , Di Rupo est également deuxième avec 17 % des suffrages. Premier : Bart De Wever (19 %).

Anecdotique ? Pas tant que ça. Compte tenu des résultats cumulés du sp.a et du PS, les socialistes pourraient bien devenir la première famille politique à la Chambre des représentants. Ce qui placerait Elio Di Rupo en pole position pour devenir Premier ministre…

Cette promotion serait sans doute synonyme d’importantes concessions à accorder aux Flamands dans le dossier communautaire. Pas forcément acceptable pour les francophones.

La marge d’erreur maximale du baromètre oscille entre 3,6 % et 4,4 %. En outre, les indécis sont encore nombreux (jusqu’à 11 % en Wallonie). À six jours des élections, les formations politiques les plus malmenées n’ont qu’un objectif : faire mentir le sondage.



© La Dernière Heure 2010
Publicité clickBoxBanner