Round final remis

Christian Carpentier Publié le - Mis à jour le

Belgique

Les négociations vont reprendre ce matin à 11 heures. Quelques blocages perdurent

BRUXELLES Aller vite. Le leitmotiv entendu depuis le début de la crise, voici dix jours, est resté pleinement d'actualité ce lundi. À peine revêtu du costume de formateur, Herman Van Rompuy (CD&V) a mis le turbo. Lundi matin, il a d'abord reçu en tête-à-tête les cinq présidents de la majorité fédérale.

Ensuite, aux alentours de 13 heures, il a réuni tout le monde autour d'un déjeuner. Les travaux se sont poursuivis jusque 21 heures, pour se conclure sans accord. Ils reprendront ce matin à 11 heures, dans l'espoir d'en finir.

Objet des différends ? La crise économique ? L'avenir de Fortis ? Vous n'y êtes pas. Les caucus ont exclusivement porté sur trois thèmes : le perchoir, la commission d'enquête et le dialogue institutionnel.

Ce dernier chapitre aura été le plus simple à régler. Le CD&V, traumatisé par son divorce d'avec la N-VA puis par la descente aux enfers d'Yves Leterme, demande la reprise très rapide du dialogue, histoire d'engranger des acquis avant les élections régionales de juin. Ses partenaires n'y ont opposé aucune résistance, reste à le formuler intelligemment dans la déclaration que M. Van Rompuy fera à la Chambre.

L'octroi de la présidence de cette même Chambre à Patrick Dewael (Open VLD) semble chose acquise selon la VRT. Son coréligionnaire Guido De Padt, échevin et président du CPAS de Grammont, est pressenti pour lui succéder au poste de ministre de l'Intérieur. Reste à panser la plaie du CD&V en lui octroyant l'une ou l'autre compétence libérale en échange.

Les contours de la commission d'enquête sur l'affaire Fortis ont eux aussi été délicats à négocier avec le CD&V, dont deux ténors y joueront gros. Il veut donc que les choses soient suffisamment corsetées - pardon, organisée s - pour que tout risque soit mesuré, et que les choses puissent aller vite, histoire que l'épisode soit oublié lors du retour aux urnes de juin.

Si tout va bien, ce matin, il se pourrait encore que les nouveaux ministres prêtent serment en fin de journée, puis que Van Rompuy fasse, mercredi, une courte déclaration à la Chambre. La majorité serait alors amenée à voter la confiance vendredi.



© La Dernière Heure 2008
Christian Carpentier