Belgique

Près de sept tonnes de cocaïne ont été saisies le 30 décembre dans le port d'Anvers (nord de la Belgique) à l'intérieur d'un conteneur transportant des bananes, soit l'une des plus importantes saisies en Europe en 2017, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Cette saisie effectuée par les douanes belges, qui représente l'équivalent du quart du volume annuel de cocaïne saisi à cet endroit ces deux dernières années, a été annoncée par la police néerlandaise dans un bref communiqué, précisant que la drogue était vraisemblablement destinée à être écoulée aux Pays-Bas.

Le contrôle de cette cargaison a résulté d'"une opération coordonnée" entre les douanes de Belgique et des Pays-Bas, a précisé à l'AFP Florence Angelici, porte-parole des douanes belges.

Une enquête a été ouverte pour déterminer la provenance et la destination exacte de la marchandise. La valeur de la cargaison n'a pas été précisée.

Début décembre, les autorités espagnoles avaient estimé à environ 210 millions d'euros les 5,88 tonnes de cocaïne saisies dans le port d'Algésiras, en Andalousie (sud), dans une cargaison de bananes en provenance de Medellin (Colombie). Cette saisie avait été présentée comme une des plus importantes découvertes de cocaïne à l'échelle européenne.

Le port d'Anvers, poumon économique de la Belgique, est aussi l'une des principales voies d'entrée en Europe de la cocaïne en provenance d'Amérique du Sud, notamment de Colombie, d'Equateur et du Brésil.

Ce port est "traditionnellement celui par lequel transitent les fruits tropicaux arrivant en Europe", a souligné Mme Angelici.

Des fruits provenant souvent des pays sud-américains les plus concernés par le trafic de cocaïne, ce qui explique l'usage de ces cargaisons par les trafiquants.

Au total près de 30 tonnes de cocaïne ont été interceptées en 2016 dans le port d'Anvers, et environ 38 tonnes en 2017 en intégrant cette saisie record du 30 décembre, a ajouté la porte-parole des douanes.

En septembre, la direction de la police fédérale d'Anvers avait tiré la sonnette d'alarme sur l'augmentation du trafic de cocaïne dans la cité portuaire, générant une économie parallèle et un niveau de corruption jusque là jamais observés.