Belgique

L'enquête sur la contamination à la salmonelle en Flandre occidentale et orientale, qui a touché des centaines d'écoliers, révèle que ni les lasagnes, ni les carbonnades consommées les 17 et 18 mai n'en seraient à l'origine. Selon l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), les analyses se concentrent désormais sur la salade. Le traiteur peut par ailleurs reprendre ses activités à partir du 4 juin, dans un premier temps pour ses clients de type entreprise.

L'enquête a suivi trois pistes: la contamination des matières premières au niveau du traiteur, celle du personnel travaillant au sein de l'établissement ainsi que la contamination de l'environnement et des infrastructures de cette entreprise. Aucune des matières premières et restes des lasagnes et des carbonnades analysées ne présente cependant de trace de salmonelle, indique l'Afsca.

Un employé du traiteur est porteur de salmonelle mais sa fonction ne permet toutefois pas d'expliquer la contamination des plats fabriqués et ensuite servis dans les écoles, ajoute encore l'agence.

La salade est donc la dernière denrée alimentaire suspecte servie dans les écoles. "Pour celle-ci, plus aucun échantillon témoin n'était disponible pour analyse. De plus, il n'y avait plus de restes de cette salade dans les écoles", écrit l'Afsca.

L'entreprise traiteur a par ailleurs mis en place un plan d'action au sein de ses locaux et pourra à nouveau livrer ses clients de type entreprise à partir du 4 juin. "Dans une deuxième et troisième phases, le traiteur pourra à nouveau livrer ses clients de type cantines scolaires, en premier lieu les cantines où aucun enfant n'est tombé malade", poursuit l'agence.

Toutes les écoles livrées par le traiteur doivent également nettoyer et désinfecter leurs locaux avant la réception de plats préparés.

Au total, 453 enfants ont été infectés par la salmonelle, mais aucun n'a eu de conséquences durables.