Belgique

Vincent Flibustier, le créateur du site d'informations parodiques NordPresse, a annoncé samedi via son compte Facebook se retirer de la liste Ecolo à la Ville de Bruxelles, sur laquelle il figurait à la dix-neuvième place. Il se dit victime de harcèlement en ligne de la part du blogueur Marcel Sel, et répond ainsi à la demande de son parti de "faire un pas de côté" face à une polémique qui enfle depuis plusieurs jours. Evoquant une situation très difficile, il affirme refuser de "bousiller sa vie" et préfère se retirer de la liste. Il espère ainsi que "cette ridicule affaire" ne va pas cannibaliser la campagne des écologistes dans la capitale.

"Je ne peux pas continuer comme ça et je pense que vous méritez une certaine transparence qui fait partie de mes valeurs et de celles d'Ecolo", écrit Vincent Flibustier à l'attention de ses ex-colistiers et de ses lecteurs.

Dans son message, il annonce également avoir porté plainte contre Marcel Sel pour harcèlement.

Benoit Hellings, la tête de liste écologiste à la Ville de Bruxelles, a indiqué sur son compte Twitter "prendre acte" de la décision de Vincent Flibustier. "Au cœur d'une guerre interpersonnelle d'une violence inouïe, son geste nous permet de rester concentrés sur notre projet alternatif pour la Ville", écrit le député fédéral.

"Les risques que Flibustier, Ecolo et Enseignons.be (qui continue à le faire tourner dans les écoles) me font courir sont financièrement, économiquement et familialement graves", a rétorqué samedi Marcel Sel sur son compte Facebook. "La lâcheté profonde, continue et silencieuse du parti Ecolo. (...) D'Ecolo, qui est le parti pour lequel j'ai le plus souvent voté, j'exige des excuses en bonne et due forme pour son attitude invraisemblable au cours des derniers jours."


Erratum (18/09/2018) 

Dans la première version de cette dépêche, le point de vue de Marcel Sel n'avait pas été publié, le blogueur n'ayant pas été contacté par un journaliste de Belga ou de notre rédaction. Cela a rendu la teneur de l'article uniquement à charge car il a été impossible pour Marcel Sel de contredire les allégations de Vincent Flibustier et de Benoit Hellings. 

Rien ne démontre d'ailleurs qu’il y ait eu harcèlement de la part du blogueur. 

Ce dernier signale que, de son point de vue, "l’accusation de harcèlement elle-même faisait partie d’une manœuvre d’intimidation suite à la publication sur mon blog et sur Conspiracy Watch d’un article critique envers Nordpresse et Vincent Flibustier, personne publique".