Belgique Bientôt poursuivi dans le cadre des attentats de Paris, Sofien Ayari était un ami du Laekenois Bilal Hadfi.

"On ne sait pas pourquoi ils sont sortis. Ils ont abandonné leurs armes. Enfin, Abou Hamza, déjà, il avait une kalach avec six chargeurs. Il n’y a qu’Abdelaziz qui a fini avec eux. Ils savaient qu’en partant de là, ils n’avaient pas de moyen de communiquer avec nous. Ils avaient rien" : paroles d’Ibrahim El Bakraoui, un des kamikazes de Zaventem, qu’il a prononcées le 21 mars 2016, à la veille des attentats de Bruxelles, dans un message envoyé à son commanditaire en Syrie où, avec Najim Laachraoui, il explique sa vision des événements survenus le 15 mars, rue du Dries à Forest.

Abdelaziz, c’est le surnom de Mohamed Belkaïd, l’Algérien qui s’est retranché dans l’appartement et y mourra les armes à la main. Ceux qui ont abandonné leurs armes, c’est Salah Abdeslam et Sofien Ayari - alias Abou Hamza - qui seront arrêtés trois jours plus tard à Molenbeek.

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.