Belgique

A peine 69 alcolocks ont été installés dans des véhicules au cours des huit dernières années, ressort-il de chiffres obtenus par la députée fédérale Sabien-Lahaye Battheu (Open Vld) auprès du ministre de la Mobilité François Bellot (MR). Rien qu'en province d'Anvers, 39 de ces éthylotests antidémarrage ont été placés, soit 57% du total. 

Un alcolock est un petit appareil installé dans un véhicule et relié au démarreur. Avant de pouvoir démarrer, le conducteur doit souffler dans cet appareil qui mesure la quantité d'alcool dans son haleine. Si elle est supérieure ou égale à 0,2% d'alcool dans le sang, le moteur ne se lance pas.

Actuellement, il revient au juge de police de choisir d'imposer ou non la pose d'un alcolock. Le recours à cette mesure reste cependant assez faible.

Avec l'entrée en vigueur prochaine de la nouvelle législation sur la répression de la conduite en état d'ivresse, l'institut Vias s'attend toutefois à une augmentation substantielle du nombre d'alcolocks placés.

À partir d'un taux d'alcoolémie de 1,8 gramme par litre de sang, le système devrait en effet être imposé pour une période de 1 à 3 ans ou définitivement. Pour les récidivistes, la limite tombera à 1,2 gramme par litre de sang.