Belgique Mais uniquement à condition que les libéraux ucclois soutiennent sa candidate Chantal Cattoir!

UCCLE Coup de théâtre à Uccle. Suite à la décision d'Eric André, le 21 février dernier, de se retirer de la course au maïorat, la balle était restée dans le camp de Stéphane de Lobkowicz, son adversaire dans ce combat fratricide. L'échevin sortant de l'Etat-Civil a décidé hier de renoncer à son tour au poste de maïeur.
`Je retire ma candidature dans un souci d'apaisement uniquement motivé par l'intérêt des Ucclois qui m'ont si massivement fait confiance et surtout pour apporter enfin une solution durable au problème ucclois, qui respecte la démocratie et la volonté des électeurs d'être dirigés par une majorité libérale.´
Cependant, à la différence d'Eric André, Stéphane de Lobkowicz émet une sérieuse condition à son retrait. `Les 26 libéraux ucclois doivent accepter de se réconcilier dans l'honneur et sur un pied d'égalité en proposant au Roi la candidature de Chantal Cattoir au poste de bourgmestre.´ Bien évidemment, il s'agit de l'échevine sortante qui figure parmi les 13 partisans de Stéphane de Lobkowicz sur les 26 élus que compte le PRL au conseil communal ucclois! Stéphane de Lobkowicz refuse donc ainsi la candidature de Claude Desmedt (FDF) proposée par Eric André.
Ce dernier, qui est actuellement parlementaire bruxellois et a `fait un pas de côté sur le plan local´ n'entend pas réagir officiellement à cette décision. `Il s'agit toutefois d'une non-proposition, de par cette condition de retrait. Je tiens à vous le rappeler, je n'avais émis aucune condition lorsque j'ai annoncé à Daniel Ducarme, le président du PRL, que je me retirais, sinon celle de proposer un candidat recueillant la majorité au conseil.´
Daniel Ducarme, quant à lui, maintient sa demande `qui a toujours été explicite et se pose en une seule question. Dans l'intérêt du PRL et des Ucclois, Stéphane de Lobkowicz est-il prêt à s'effacer sans conditions? C'est oui ou c'est non. Je m'en tiens là!´
Pour rappel, malgré sa majorité absolue (26 sièges sur 471 au conseil communal, le PRL local s'est scindé en deux clans (actuellement 14 élus pro Lobko contre 12 proAndré). Après sa suspension obtenue au Conseil d'Etat, Eric André a choisi de se retirer. Son adversaire fait de même maintenant. Tous deux prônent le rapprochement. André au sein d'une majorité multipartite (PRL-FDF- Ecolo-PS, Lobko en vue d'une majorité PRL.
Tactiquement, le clan André attend le 5 avril pour pouvoir faire élire ses échevins sans l'accord de la majorité de la liste (en raison du délai maximum de trois mois pour constituer un collège). Lobko a déjà, quant à lui, tenté de faire nommer par deux fois, et en vain, Mme Cattoir comme échevin. Pour beaucoup, cette nouvelle proposition s'apparente à un rideau de fumée.