Belgique Le combattant de l’État islamique assure qu’il détient des infos intéressantes.

Décrit un temps comme le "nouvel Abaaoud" , le Verviétois Tarik Jadaoun, djihadiste lié au groupe terroriste État islamique, dit vouloir coopérer avec les services de renseignements belges. C’est ce qu’il a déclaré dans une interview accordée à la VRT.

Il affirme disposer d’informations susceptibles d’aider les autorités belges, et dit n’avoir pas vraiment combattu pour Daesh, pour qui il n’aurait servi que d’infirmier au front. S’il assure n’avoir ni ordonné ni conduit les attentats survenus en France et en Belgique, il présente pourtant des excuses pour ceux-ci. "J’espère pouvoir rentrer pour m’excuser auprès des gens qui ont été touchés par les attentats en France et en Belgique. Je veux pouvoir leur expliquer pourquoi certaines choses se sont passées", indique-t-il. Le détenu dit aussi espérer revoir sa femme, avec qui il s’est marié en Syrie, ainsi que sa famille en Belgique.

Jadaoun, 28 ans , a été capturé à Mossoul. Sa mort avait été annoncée cet été et démentie ensuite. Il a été capturé par les services de sécurité américains à la rentrée.

Tarik Jadaoun, alias Abu Hamza Al-Belgiki, est connu sous le nom de "nouvel Abaaoud", du nom d’Abdelhamid Abaaoud, le leader des commandos ayant perpétré les attentats de Paris en novembre 2015. L’existence de la menace causée par Tarik Jadaoun avait été révélée dans La DH, en septembre 2016. En mai dernier, la fiche de police de Jadaoun avait été diffusée sur le réseau social Twitter, alors qu’il était supposé être en chemin pour frapper la France, avec deux complices. La gare du Nord, à Paris, avait même été évacuée alors qu’une guichetière de la SNCF avait cru, à tort, reconnaître le Verviétois, indiquait Mediapart à l’époque. Deux semaines plus tard, une vidéo non datée était diffusée, le montrant en Irak. Pour brouiller les pistes ? Depuis son arrivée dans les rangs du groupe État islamique, Tarik Jadaoun semble s’attacher à ne jamais être là où on l’attend…

Cette fois, il exprime une volonté d’aider la Belgique. Nous avons tenté de recueillir une réaction à ces déclarations auprès du parquet fédéral ce vendredi. Mais nos multiples appels n’ont jamais obtenu de réponse.