TEC: La CGSLB attend un engagement fort du ministre Henry

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le syndicat proteste contre la répartition des postes de permanents, jugée discriminatoire, entre les organisations syndicales des TEC

BRUXELLES Les militants du syndicat libéral rencontrent mercredi matin le ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry. La CGSLB attend un engagement fort du ministre contre le "déni de démocratie" dont elle se dit victime au sein des TEC, a indiqué à l'agence Belga le secrétaire régional wallon de la CGSLB, Christian Lochet. Le syndicat proteste contre la répartition des postes de permanents, jugée discriminatoire, entre les organisations syndicales des TEC.

"Nous souhaitons que le ministre fasse passer le message à la direction de la SRWT et qu'il fasse tout ce qui est en son pouvoir pour remédier au déni de démocratie dont nous faisons l'objet", a indiqué M. Lochet. "Ce n'est pas normal que la direction de la SRWT (Société Régionale wallonne du Transport, NDlR) nous refuse les négociations que nous demandons".

A l'issue des élections sociales de mai 2012, la CGSLB avait obtenu 30 pc des voix et revendique depuis lors la nomination de deux délégués permanents.
Du côté de la SRWT, le ton est strict. "La convention collective de travail, signée par la CGSLB en 2011, établit des conditions claires de représentation syndicale et la CGSLB n'y satisfait pas. Il n'y aura pas d'effets rétroactifs", réaffirme le porte-parole du groupe.

La CGSLB a annoncé mardi que des perturbations pourraient avoir lieu sur tout le réseau wallon pendant les vacances. "Nous sommes actuellement en préavis d'actions, donc tous les arrêts de travail spontanés seront ouverts. Ceci dit, nous misons davantage sur des désorganisations au sein de l'entreprise que sur des actions qui nuiraient aux usagers". Une grève est également annoncée le 3 septembre.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner