Belgique Ce radar a flashé avec succès une locomotive lancée à 297 km/h.

Le radar pistolet-laser peut détecter un excès de vitesse à plusieurs centaines de mètres de distance. À l’instar d’un Lidar, il ne flashe pas, n’émet pas de faisceau lumineux mais bien un laser infrarouge indétectable à l’œil qui mesure la vitesse d’un véhicule, dans les deux sens de circulation. Quand vous l’apercevez, il est déjà trop tard !

En activité de longue date en France, ce type d’appareil est en cours d’homologation en Belgique. Une étape supplémentaire a été franchie cette semaine. En effet, un de ces modèles (le Trucam II) a été testé à très grande vitesse, avec succès. Il s’agissait d’un exercice grandeur nature, réalisé par Sirien, la société qui commercialise ces radars, avec Infrabel. Ainsi, un TGV a été flashé à 297 km/h sur la ligne Bruxelles-Paris, à hauteur d’Ath. "L’homologation du Trucam II suit son cours. Ce genre de tests nous aide à mieux connaître notre appareil. Car nous n’avons pas la possibilité de faire ça tous les jours avec une voiture qui roulerait à près de 300 km/h ! Cela nécessiterait de bloquer une autoroute ou de louer un circuit de course", précise Michel Niezen, administrateur-délégué de Sirien, société spécialisée dans les radars de police.

"Le test a été concluant", ajoute le responsable radar de Siren. "Cela nous a permis de voir comment réagissait notre équipement."

De son côté, Infrabel a trouvé dans ce pistolet radar une opportunité pour estimer avec précision la vitesse réelle de ses trains. "Ce radar a été utilisé par l’un de nos services, occupé à l’homologation d’une de nos locomotives TGV", précise Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel. "Nous voulions savoir si ce radar était applicable dans un contexte ferroviaire, afin éventuellement d’en acquérir l’un ou l’autre. Pas dans un but répressif, évidemment, mais pour donner une indication objective et chiffrée de la vitesse du train. C’est plus fiable qu’une estimation faite par un conducteur. Le test a été concluant."

L’intérêt de la police est réel. Cependant, l’homologation devrait prendre au minimum six mois.