Belgique Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration revient sur les polémiques de ces dernières semaines.

Jusqu’à présent, votre politique s’est surtout focalisée sur les rapatriements, les centres fermés. On a récemment beaucoup parlé de la collaboration avec le Soudan. Mais, pour faciliter les retours, des accords ont aussi été signés avec d’autres pays qui ne sont pas de grandes démocraties.

"Il y a beaucoup de régimes dont on peut douter, de pays où les droits de l’homme ne sont pas respectés. À ce moment-là, on ne peut pas parler avec le Maroc non plus. Quand je vois les rapports de Human Rights Watch, d’Amnesty International, je ne peux que constater ces violations. Dans toute l’Afrique, au Moyen-Orient… Presque dans le monde entier, en fait. Mais je suis un homme de la realpolitik, du pragmatisme."