Belgique

Le secrétaire d'Etat fédéral à l'Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA), s'en est pris vertement, jeudi à l'ordre des avocats flamands après les critiques formulées par celui-ci à l'encontre de l'ouverture de cinq unités familiales au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel.

Pour M. Francken, l'"Orde van Vlaamse Balies" fait de la politique et constitue "la énième ONG frontières ouvertes avec un agenda activiste de gauche". "Et les milliers d'avocats qui se taisent et avalent cela. Je rencontre très souvent des avocats, une très grande partie me soutient entièrement. Quelle différente marquante avec 'leur' Ordre", a-t-il ajouté sur Twitter. 

Les droits de l'enfant priment toujours sur la situation administrative de leurs parents, avait affirmé mercredi l'Ordre du barreau flamand. Pour celui-ci, priver de liberté des enfants alors qu'ils ne sont pas responsables de leur situation est contraire aux droits de l'homme. La Belgique a été plusieurs fois condamnée par le passé par la Cour européenne des droits de l'Homme pour cette pratique, a rappelé l'ordre qui regroupe les avocats flamands.