Belgique

Voici tout ce qui va changer pour vous


BRUXELLES Le marathon budgétaire s'est achevé hier matin. Le budget 2008 est en équilibre. Mais il y aura des changements pour le citoyen.

Titres-services revus On ne touchera finalement pas à la déductibilité fiscale à laquelle ils donnent droit. Mais leur coût réel pour le consommateur va passer de 6,70 à 7 euros , et ce, dès le mois d'avril prochain. Cela ira dans les caisses de l'État, et ne servira pas à indexer les revenus des travailleurs, contrairement à ce que certains prétendent. On introduit aussi une limite d'utilisation à 750 chèques par an et par personne, sauf pour les handicapés, les invalides et les familles monoparentales.

Josly Piette (CDH) aimerait y ajouter un chèque social à 5 euros pour les personnes ne payant pas d'impôt, mais cela reste à négocier, notamment sur la façon de procéder pour empêcher les fraudes.

Il négociera aussi avec les Communautés le droit d'utiliser le chèque, pour un essai d'un an, pour finances les gardes d'enfants à domicile entre 16 et 19 h, de même que le mercredi après midi. Mais la grogne menace déjà contre ce volet dans le secteur concerné.



Impôts en baisse, surtout pour les petits salaires Plusieurs mesures sont prises dans le cadre du budget 2008 pour aider en priorité les bas et les moyens revenus.

En mai, les traitements seront augmentés, pour ce seul mois-là, de 50 euros net. Ce sera la conséquence d'une légère révision à la hausse des frais professionnels forfaitaires déductibles, dont on regroupe l'impact sur un mois pour que le contribuable sente la différence. Une mesure similaire avait déjà été prise l'an passé.

En juillet, le minimum imposable passera de 6.150 à 6.400 euros, mais seulement pour les revenus inférieurs à 22.873 euros annuels. Ce sera directement déduit du précompte professionnel des travailleurs concernés (la retenue à la source sur le salaire). Gain escompté: 60 euros.

Les chercheurs , eux, auront droit à une exonération de précompte de 65 %, alors qu'actuellement cela varie, selon les cas, de 25 à 65 %.

Quant aux dépenses de sécurité dans les maisons (alarmes, etc.), le montant déductible passe de 130 à 500 euros pour 2008. En 2009, s'y ajoutera une déductibilité à 120 % des dépenses faites pour des firmes de sécurité (centrales d'alarme...).

Enfin, le plafond de revenus autorisés pour un pensionné va être augmenté de 25 %.



Pensions en hausse Plusieurs mesures concernent les pensionnés. Ceux qui ont pris leur retraite il y a entre 15 et 19 ans, de même que ceux qui l'ont prise il y a 6 ans, recevront, à partir de septembre, un bonus de liaison au bien-être de 2 %.

Les bénéficiaires de la Grapa (garantie de revenus aux personnes âgées) recevront pour leur part une revalorisation de 2 % à partir du mois de juillet. Cela concerne 79.000 personnes.

Les pensions minimales seront également augmentées de 2 % en juillet. Cela touchera 550.000 personnes.

Quant à la cotisation de solidarité, elle diminuera progressivement dans les années qui s'ouvrent, en commençant par les pensions les plus basses. Ici aussi, cela concerne 500.000 personnes.



Un plus pour les enfants Le gouvernement précédent avait inventé l'allocation de rentrée scolaire. Elle passe à la trappe, mais est remplacée par un supplément d'âge annuel, qui touchera davantage de monde et sera intégré dans les allocations.

Le supplément, versé début août, restera à 53,06 euros pour les 6-11 ans et à 74,29 euros pour les 12-17 ans. S'y ajoute une prime de 25 euros pour les 18-24 ans.

Cette dernière évoluera chaque année, pour atteindre 100 euros en 2012. Plus près de nous, en août 2009, les 0/5 ans recevront un supplément de 25 euros.

Tout cela se complète par une réforme des allocations familiales en faveur des indépendants . Cela concerne le premier enfant, qui donne droit à moins que pour un salarié (60 euros contre 78). Un complément de 10 euros sera versé dès avril.



15.000 emplois Le bureau du Plan a récemment pronostiqué la création de 46.000 emplois nouveaux en 2008. Avec les mesures du conclave budgétaire qui s'achève, le Premier ministre estime qu'on pourra encore en créer 15.000 de plus.

Comment arriver à ce petit miracle ? Pour le réaliser, la majorité compte sur deux grandes mesures.

Un : la mise à l'emploi de chômeurs par le biais du plan d'accompagnement des chômeurs, qui devrait drainer quelque 12.500 personnes supplémentaires dans les rangs des travailleurs.

Et deux : des mesures de lutte contre les pièges à l'emploi , essentiellement grâce à la revalorisation des bas salaires par la voie fiscale, ainsi que des coups de pouce pour la mobilité entre Régions. Cible : 2.500 personnes.



Petite aide gaz/électricité Parmi les recettes nouvelles destinées à combler le déficit budgétaire, une continue d'être controversée : la taxe imposée à Electrabel . Rien n'a vraiment été tranché, le PS ayant refusé d'échanger cette taxe contre une prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires. Seul acquis : sur les 400 millions de recette annoncés en début de week-end, les prétentions ont déjà été revues à la baisse, avec 250 millions d'euros budgétés. Le ministre du Climat, Paul Magnette (PS), a donc été chargé d'aller négocier cette contribution avec le secteur, puis de revenir faire rapport au plus tard en juillet.

Plus immédiat : une aide va être accordée aux bas revenus qui se chauffent au gaz ou à l'électricité . Il s'agira de tarifs sociaux revus, avec une aide possible de 75 euros pour le gaz et de 50 euros pour l'électricité. La limite de revenus pour en bénéficier sera calquée sur celle qui s'applique au Fonds mazout, c'est-à-dire 22.873 euros.



Intérêts: pas touche Une recette très controversée sera restée celle sur les intérêts notionnels . Ce système favorise fiscalement le réinvestissement de ses bénéfices par une entreprise. Mais le PS suspecte de grosses boîtes d'utiliser le procédé uniquement pour accroître leurs bénéfices.

Aucune réforme tangible n'est néanmoins ressortie du conclave du week-end. Les ministres tablent sur une économie de 200 millions d'euros (sur 2,4 millards de coût actuel pour l'État).

Pour y arriver, le ministre des Finances enverra une circulaire rappelant la loi à l'administration fiscale. Mais pas question de la changer : si une entreprise veut continuer à utiliser le texte pour maximiser ses gains, elle pourra continuer. Un peu comme un contribuable qui choisit entre frais réels et frais forfaitaires...



Moins valides mieux indemnisés Dans le budget 2008, on va enfin supprimer une injustice qui frappait les personnes handicapées des catégories 1 et 2. Quand elles se mettaient en ménage, on leur supprimait leur prime d'intégration .

Désormais, les revenus de leurs concubins destinés à déterminer si elles ont toujours droit ou non à leur prime ne seront pris en considération qu'à partir de 19.162,13 euros, et à concurrence de 50 % seulement.

Quant aux invalides bénéficiant d'une rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle , ils auront une revalorisation de 2 % de celle-ci en septembre, à condition que la rente en question ait pris cours voici moins de 6 ans, ou il y a entre 15 et 19 ans.



Bâtiments à vendre La vente de bâtiments de l'État est un vieux classique, pour boucler un budget en déficit. Celui de 2008 n'échappe pas à la règle. Sauf que le CD & V et le CDH étaient mal à l'aise, après avoir pesté pendant huit ans contre la méthode.

Donc, cette fois, on a budgété 100 millions d'euros, en précisant que les bâtiments devront être "désaffectés ou désaffectables ". Bref, pas question, comme par le passé, de les vendre pour immédiatement les relouer.

De même, le budget ainsi dégagé devra impérativement être réinjecté pour des investissements dans le patrimoine de l'État.

Le ministre du Budget (qui est aussi en charge de la Justice...) expliquait hier que cet argent pourrait notamment être utilisé pour la construction de nouvelles prisons, dont le pays a bien besoin.



Cancer: un plan La principale mesure adoptée en soins de santé est le financement d'un plan de lutte contre le cancer , à hauteur de 380 millions d'euros entre 2008 et 2010. Le même budget servira à mieux aider les patients atteints de maladies chroniques .

Les détails du plan cancer doivent encore être peaufinés, notamment avec les entités fédérées puisque cela relève aussi de leurs compétences, avant la présentation définitive au Parlement.

Un budget de 157 millions a aussi été dégagé pour acheter des vaccins destinés à protéger - si l'OMS l'estimait nécessaire - la population belge contre un risque de pandémie de grippe aviaire .