Tout le personnel renvoyé… parce qu’il parle français !

V. S. Publié le - Mis à jour le

Belgique

L’enseigne Zeeman, à Tervuren, n’engage que des vendeurs qui parlent la langue de Vondel. Et le TAK veille !

Ouvert en février dernier, le magasin de la chaîne Zeeman (1.250 magasins en Europe), est probablement celui qui a réussi la prouesse de faire parler le plus de lui en si peu de temps. En cause ? Non pas son activité commerciale en tant que telle, mais un relent de conflit communautaire trop bien connu dans la région. Pas plus tard qu’il y a deux semaines, le fameux Taal Aktie Komitee (TAK) avait placardé la devanture du magasin d’affiches annonçant la “fermeture pour cause de piraterie du caractère flamand de Tervuren” . En flamand dans le texte, bien entendu. Si le bourgmestre Bruno Eulaers reconnaît qu’il n’y a juridiquement aucune contrainte linguistique à respecter pour l’ouverture d’un magasin, il souligne cependant que lorsqu’on démarre une affaire, à Tervuren comme en Chine, on fait en sorte que le personnel parle la langue de la région.

Chez Zeeman, on n’avait pas non plus réalisé qu’il était si sensible d’ouvrir un magasin avec du personnel francophone alors que Tervuren n’est cependant pas si loin de Bruxelles. En effet, les plaintes ont vite abouti sur le bureau du directeur de l’enseigne. Ni une ni deux, les employés ont été envoyés en cours accélérés de néerlandais. Sans grand succès, leur niveau restant insuffisant pour… servir les clients.

Pire, Zeeman a eu l’indécente audace de délivrer des tickets de caisse en français et même de placarder des affiches dans la langue interdite ! Il n’en fallait pas plus pour que le TAK se manifeste.

De guerre lasse, le gérant de l’enseigne a dû se résoudre à remercier tout son personnel francophone. Et il peine à le remplacer par des vendeurs parlant flamand. Était-ce d’ailleurs bien nécessaire sachant qu’environ 40 % de la clientèle est néerlandophone, une proportion identique à celle des francophones, sans compter les anglophones (10 %)… Comme quoi, ce n’est pas toujours la majorité qui l’emporte.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner