Belgique

Confrontés à des contrevenants au code de la route, les juges wallons ont beaucoup plus tendance à imposer le suivi d'un cours de conduite que les juges flamands, ressort-il jeudi de chiffres de l'Institut Vias. 

Lorsqu'un conducteur viole le code de la route et doit comparaître devant un juge, il risque une amende et/ou une interdiction de conduire mais aussi l'obligation de suivre un cours de conduite. Le but de ces cours est notamment d'amener à prendre conscience de l'impact de son comportement au volant.

En 2017, plus de 3.600 contrevenants wallons ont suivi un tel cours. En Flandre, ils étaient à peine plus de 1.000, d'après les chiffres de Vias, le centre de connaissance belge consacré à la sécurité routière.

Ces cours sont gratuits. Pour Vias, qui les organise, il faudrait contraindre les mauvais conducteurs à les payer. D'après une étude britannique, ceux qui y participent risquent moins de récidiver que ceux qui écopent uniquement d'une amende par exemple. "S'ils récidivent quand même, ils le font plus tard et la contravention est moins grave", ajoute un porte-parole de l'institut.