Belgique Ce lundi, La Poste était en grève. De même que le personnel de Belgacom et la Biac

BRUXELLES C’est dans leur grande majorité que les agents de La Poste se sont croisés les bras ce lundi 25 septembre. La grève de 24 heures appelée par le front commun syndical (SCCC, CGSP et SLFP) aura tout de même paralysé les trois-quarts des guichets du pays. À l’inverse, seuls 10% des facteurs auront suivi le mouvement.
Les syndicats entendaient protester contre le manque de concertation de la part de la direction et ce à l’heure où celle-ci mettra bientôt en œuvre son fameux plan stratégique.
Selon le porte-parole de La Poste, le personnel du sud du pays a davantage manifesté son mécontentement que les personnels de Flandre et de Bruxelles. Ainsi, 90% des guichets liégeois et de la province du Luxembourg ont affiché portes closes. En Hainaut, à Namur ou dans le Brabant wallon, le taux d’inactivité atteignait les 83%. Dans une moindre mesure, les bureaux de Bruxelles et du Brabant flamand sont restés ouverts dans 70% des cas. La proportion fut quasi identique pour la Flandre occidentale et orientale, dans les provinces d’Anvers et du Limbourg. Par contre, la grève a été moins suivie dans les sièges administratifs. 70% du personnel étaient bel et bien présents dans les bureaux ce lundi.

Du point de vue de la distribution, seuls 40% des journaux et 15% du courrier ont été distribués à Bruxelles.

Dans les provinces du Hainaut, de Namur et du Brabant wallon, seuls 4% des journaux et 13% du courrier sont arrivés à leurs destinataires. Pour les provinces de Liège et du Luxembourg, on tombe à 4% du courrier distribué.
'Un terme sera mis à la grève si la direction de la Poste nous invite ce mardi à la table des négociations', a expliqué Erna Van Daele de la CGSP.
De son côté, l’aéroport de Bruxelles-National était également touché hier par un vaste mouvement de contestation de 24 heures lancé par le personnel de la Biac, la société qui gère l’aéroport de Zaventem. En matinée (de 9 h à 11 h), des perturbations ont ainsi été enregistrées réduisant le trafic aux petits porteurs. Des retards et des annulations concernant une cinquantaine de vols s’en sont suivis. Dans l’après-midi, le trafic a pu être rétabli à sa pleine capacité.

Belgacom, troisième entreprise concernée, a dit éprouver une certaine gêne pour certains services de l’entreprise relative à la grève lancée par la CGSP. Le syndicat socialiste entendait protester contre la privatisation prochaine de Belgacom, en faveur de meilleures conditions de travail ainsi que d’une revalorisation du statut pour les contractuels dans l’entreprise.
Hier matin, les piquets ont ainsi empêché un certain nombre d’employés des services de base d’atteindre leur bureau. Ce fut le cas devant les sièges de Bruxelles, Liège, Mons, Namur et en Flandre. Même si aucun problème n’a été enregistré au niveau des communications téléphoniques, les services à la clientèle (call center, renseignements, réparations, téléboutiques…) ont accusé le coup. Un retour à la normale est prévu pour ce mardi matin.