Belgique

Voici les éléments à retenir de la conférence de presse du parquet fédéral, tenue ce mercredi vers 11h :

- Les premiers éléments de enquête indiquent qu'il pourrait s'agir d'un attentat terroriste. En cause : 1) le modus operandi auquel l'EI appelle régulièrement sur internet : attaquer des policiers avec un couteau et leur dérober leur arme de service. 2) L'auteur a criée plusieurs fois "Alahu Akbar". 3) Il était en contact avec des personnes radicalisées. Ces informations datent de 2016 et début 2017 et n'ont pas été confirmées depuis.

- Les faits sont qualifiés d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes.


- Un examen toxicologique va être effectué sur l'auteur de l'attaque.

- L'auteur de la tuerie est né le 12 janvier 87, de nationalité belge.

- L'homme a attaqué les deux policières avec un couteau. Il les a tuées avec leurs armes de service.

- Le parquet chercher à savoir s'il a agi seul.

L'exécutif des musulmans de Belgique condamne l'attaque

L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) condamne mercredi l'attaque perpétrée à Liège, qui a coûté la vie à deux policières et un jeune homme de 22 ans. Il exprime sa solidarité envers les victimes et sa compassion pour les familles touchées. "Ces événements dramatiques nous rappellent encore une fois d'autres événements qui ont marqué les heures les plus noires de notre histoire. Quel que soit le motif de l'assaillant au moment de cet acte horrible, il est important que notre société se réunisse autour de ses valeurs, rejette toute violence et confirme de nouveau le 'vivre ensemble' comme base commune. La polarisation signifierait que nous contribuons au jeu des extrémistes", prévient l'EMB dans un communiqué.

Benjamin H. a attaqué mardi matin, dans le centre de Liège, deux policières à l'arme blanche avant de s'emparer de leurs armes de service. Il a tiré sur elles alors qu'elles se trouvaient au sol. Il a ensuite tué un jeune homme de 22 ans, passager d'un véhicule stationné là. Quatre autres policiers ont été blessés.

Plusieurs éléments laissent à penser que la tuerie pourrait bien avoir des motivations terroristes, a par ailleurs expliqué le parquet fédéral, notamment le fait que l'assaillant ait crié plusieurs fois "Allahu Akbar".