Belgique

Fouad Bennane, l'individu qui avait été arrêté mercredi dernier à Ensival (Verviers) et qui avait annoncé qu'une attaque terroriste allait se dérouler à Liège, a comparu mardi devant la chambre du conseil de Liège dans le cadre de la prolongation de son mandat d'arrêt.

Il affirme avoir effectué des déclarations fantaisistes sous l'influence de l'alcool. Initialement, Fouad Bennane avait été présenté comme un individu radicalisé qui aurait été en contact avec Benjamin Herman, l'auteur de l'attentat de Liège commis le 29 mai, et aurait participé à sa radicalisation. D'après une source, le parquet fédéral a démenti ce lien, mais celui-ci refuse de confirmer ou infirmer l'information.

Fouad Bennane avait été arrêté mercredi à Ensival après avoir effectué des déclarations alarmistes à un journaliste du Morgen. Il annonçait qu'une attaque terroriste allait avoir lieu. Il avait été placé sous mandat d'arrêt pour menace d'attentat et surtout pour ne pas avoir respecté les conditions de sa remise en liberté, dont une liée, à sa demande, à la consommation d'alcool.

Selon certaines sources proches du dossier, Fouad Bennane conteste l'intention de commettre le moindre fait. Il aurait effectué des déclarations fantaisistes au journaliste rencontré contre rémunération et, sous l'influence de l'alcool, aurait déclaré "ce que le journaliste avait envie d'entendre".

Son avocat, Me Uerlings, a refusé tout commentaire à ce stade de la procédure.

De Morgen dément que Fouad B. aurait été rétribué

Fouad B., l'individu qui avait été arrêté mercredi dernier à Ensival (Verviers) et qui avait annoncé qu'une attaque terroriste allait se dérouler à Liège, n'a jamais reçu de rémunération de la part du journal De Morgen, a souligné mardi le rédacteur en chef du quotidien, Bart Eeckhout. Fouad B. avait été arrêté mercredi à Ensival après avoir effectué des déclarations alarmistes à un journaliste du Morgen. Il annonçait qu'une attaque terroriste allait avoir lieu. L'individu affirmerait désormais qu'il aurait rencontré le journaliste contre rémunération.

"Nous le nions formellement", a réagi M. Eeckhout. "Nous ne ferions jamais cela, ça va à l'encontre de nos conventions." Selon le rédacteur en chef du Morgen, Fouad B. aurait demandé au journaliste, à la fin de l'entretien, s'il allait recevoir de l'argent, "ce qui lui a été refusé".