Tuerie du Musée juif: Nemmouche n'était pas seul à Bruxelles

Nawal Bensalem et Didier Haine et Belga Publié le - Mis à jour le

Belgique Incroyable ! Quatre jours après la tuerie du Musée juif, Mehdi Nemmouche et son complice se promènent tranquillement dans les rues de Bruxelles.

Huit mois après l’attentat du Musée juif de Bruxelles, la DH est en mesure de vous annoncer en exclusivité que la justice recherche activement un complice de Mehdi Nemmouche, l’auteur présumé de l’attentat antisémite. La police fédérale, à la demande de la juge d’instruction en charge du dossier Berta Bernardo-Mendez, a lancé l’avis de recherche concernant cet homme fin de semaine passée.

Troublante coïncidence, cet avis a été publié sur le site de la police fédérale le 16 janvier, lendemain des perquisitions de Verviers plongeant le pays dans un climat de panique générale. Il paraît évident que le choix de cette date précise s’est fait dans une volonté de discrétion.

À ce titre, l’avis de recherche accompagnant les images de caméras de surveillance est particulièrement laconique. L’homme en question est recherché "dans le cadre de faits qualifiés d’assassinat" , point barre. Mieux, la demande est faite à la requête du procureur du Roi de Bruxelles alors que c’est le parquet fédéral qui est chargé de ce dossier.

Après avoir mené notre enquête, nous pouvons vous affirmer que l’homme recherché est en réalité un proche complice de Mehdi Nemmouche, lui-même présent (mais flouté) à ses côtés dans la vidéo diffusée sur le site de la police fédérale.

Au cours des 18 secondes de vidéo, l’on voit que tous deux marchent tranquillement, à visage découvert, sur le boulevard Albert II à Bruxelles, direction la petite ceinture. Ceci alors que des centaines de policiers patrouillent en Belgique à leur recherche.

En réalité, les deux hommes reviennent de la gare du Nord, où ils sont allés acheter le billet Eurolines permettant à Mehdi Nemmouche de prendre la fuite en France le lendemain 29 mai, soit quatre jours après la tuerie.

Ce jour-là, d’après notre enquête, d’autres images montrent que Nemmouche est accompagné du même homme lorsqu’il réserve son billet. Pour mémoire, Nemmouche a été interpellé à Marseille, à sa sortie d’un bus Eurolines en provenance de Bruxelles le 30 mai dernier, soit six jours après l’attentat. Bus qu’il avait pris la veille à la gare du Nord, soit le 29 mai à 19 h 15 très précisément.

L’homme que la police recherche désormais activement porte, comme vous pouvez le constater sur ces images et dans la vidéo, un sac de sport ressemblant fortement à celui que transportait Nemmouche lors de son arrestation à Marseille. Sac, rappelons-le, rempli des armes de l’attaque du Musée juif.

Autre information qui nous est confirmée à très bonnes sources : l’homme qui apparaît sur ces images n’est pas le Français qui aurait fourni un appui logistique à Mehdi Nemmouche. Récemment interpellé et incarcéré en France, il fait toujours l’objet d’une demande d’extradition de la part de la Belgique.

Reste à présent à déterminer le rôle exact de ce complice (lire par ailleurs), dont l’arrestation permettrait d’en savoir beaucoup plus sur le mystère qui entoure l’attentat le plus sauvage que la Belgique avait connu depuis longtemps.

Contacté par nos soins, le porte-parole du parquet fédéral s’est refusé à tout commentaire sur notre enquête.


Le parquet fédéral confirme avoir diffusé un nouvel avis de recherche

Le parquet fédéral a confirmé vendredi avoir diffusé le 16 janvier un nouvel avis de recherche dans le cadre de l'attentat au Musée juif de Bruxelles perpétré le 24 mai dernier. Les autorités judiciaires recherchent un homme filmé quelques jours après l'attentat en présence de Mehdi Nemmouche, suspect principal dans ce dossier. "Nous recherchons cet homme pour l'interroger sur sa présence à Bruxelles", explique le parquet fédéral, qui ne souhaite apporter aucun autre commentaire sur l'enquête en cours. L'avis de recherche est diffusé sur le site internet de la police fédérale depuis le 16 janvier, "à la requête du procureur du roi de Bruxelles" -et non du parquet fédéral- ainsi que "du juge d'instruction" en charge de l'affaire.


Et si Nemmouche n'était pas le tueur? Découvrez toutes les zones d'ombre du dossier!