Belgique

"Aidez-nous à vous aider!", a plaidé le ministre belge


ISTANBUL Le chef de la diplomatie belge Steven Vanackere (CD&V) a appelé samedi la Turquie à poursuivre sans découragement ses réformes dans le cadre de sa procédure d'adhésion à l'Union européenne, un processus dont le rythme est jugé beaucoup trop lent par Ankara.

"La patience est amère, mais elle apporte des fruits sucrés", a commenté samedi le ministre belge des Affaires étrangères invité en tant que président en exercice de l'UE à la 7e 'Bosphorus Conference', à Istanbul.

Saluant la réforme constitutionnelle adoptée en septembre dernier, ainsi que l'adoption récente d'une loi sur les aides d'Etat, M. Vanackere a exhorté le gouvernement turc à poursuivre ses efforts afin de donner un nouvel élan au processus d'adhésion.

"Aidez-nous à vous aider!", a plaidé le ministre belge. "Vous avez les clés de votre avenir en main, alors s'il vous plaît, poussez et entrez!", a-t-il ajouté. Ouvertes en 2005, les négociations d'adhésion de la Turquie ne progressent qu'au compte-goutte, en raison du blocage persistant d'un grand nombre de chapitres thématiques liés notamment à la non reconnaissance par Ankara de la partie grecque de Chypre, membre de l'UE depuis 2004, mais aussi l'opposition de l'Allemagne et de la France d'intégrer pleinement dans l'UE ce pays musulman de 73 millions d'habitants.

Cette attitude a poussé Ankara à se tourner ces derniers mois davantage vers l'est, la Syrie et l'Iran notamment, suscitant des craintes dans les rangs européens de voir la Turquie se détourner du Vieux continent. Steven Vanackere a, lui, au contraire, salué cette évolution.

"Il est parfaitement normal pour la Turquie d'avoir un regard à 360°. Si l'on veut un monde à facettes multiples, il est normal de s'ouvrir à d'autres. (Adhérer à l'UE), ce n'est pas un mariage, une relation monogame", a-t-il comparé.

© La Dernière Heure 2010