Belgique Un an après l’attentat au métro Maelbeek, les polices locales n’ont toujours pas accès aux images de la Stib. En cause : un arrêté royal... jamais rédigé en 10 ans !

C’est une histoire d’arrêté royal qui dure depuis dix ans et empoisonne la vie des policiers. La mise à disposition des images du métro est promise aux policiers locaux depuis 2007.

Après le vote du projet de loi en 2012, la Région bruxelloise, la Stib et les zones de police avaient annoncé la signature de l’accord. C’était en 2015. En 2017, à la veille du triste anniversaire des attentats de Bruxelles, toujours rien. À leur grand dam et au contraire de la police fédérale, les zones de police locale n’ont toujours pas accès aux images de vidéosurveillance de la Stib. "C’est effectivement une demande de notre part. Avoir ces images nous aiderait beaucoup pour solutionner les enquêtes", observe la commissaire Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-capitale Ixelles. Même chanson dans les cinq autres zones bruxelloises. Ainsi, la zone Bruxelles-Ouest, qui était déjà censée être en possession des images, ne reçoit toujours rien.

[...]

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.