Belgique

Aujourd'hui, le porno est omniprésent et accessible en quelques clics sur le web. Alors pourquoi vouloir le censurer et en faire un sujet tabou ? C'est la réflexion des organisateurs de l'expoPorno à l'ULB. Interview.

L'expoPorno a débuté à l'ULB (Salle Allende, campus du Solbosch) avant hier et se terminera le 22 décembre. Pour eux, le meilleur moyen de lutter contre les dérives liées à l’industrie pornographique, c'est d'en parler, de la montrer et de l'expliquer. Si le nom donné à l'exposition ne peut pas être plus explicite, il en va de même pour les objets, les textes, les photos, les vidéos et les œuvres exposées.

Pour les commissaires de l'expo', le porno est un reflet de notre époque, " une manière particulière de voir la société" et doit être un moyen d'éduquer les jeunes à leur sexualité.

L'expoPorno offre donc une approche scientifique, artistique mais aussi ludique et lucide de la pornographie. L'exposition de l’ULB est aussi surprenante qu'interpellante, et nous pousse à nous interroger sur notre rapport au porno et à ce qu'il dit de notre société.
D'ailleurs, elle s’adresse à un vaste public, notamment aux étudiants et aux étudiantes, mais aussi aux élèves des deux dernières années du secondaire, aux gens des plannings (familiaux), aux éducateurs… " à qui il faut parler de sexualité. Il faut dédramatiser et apprendre aux jeunes à se construire un imaginaire érotique et pornographique". D'où la nécessité que la société évolue pour mieux éduquer les jeunes au porno et à leur sexualité.

Interview sans tabou avec Laure Rosier-Van Oothegem , l’une des commissaires de l’événement, par ailleurs professeur à l’ULB.

(...)