Une note interne à la STIB jugée offensante par Emir Kir

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Le quotidien La Libre Belgique a levé un coin du voile jeudi sur cette note confidentielle de réflexion d'ordre socio-politique

BRUXELLES Le secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir (PS) va demander à la ministre du Transport Brigitte Grouwels (CD&V) de prendre attitude sur une note interne de la STIB qu'il juge offensante pour la classe moyenne, la population d'origine immigrée et la population moins nantie de Bruxelles, a-t-il annoncé jeudi à son arrivée à la réunion du gouvernement bruxellois.

Le quotidien La Libre Belgique a levé un coin du voile jeudi sur cette note confidentielle de réflexion d'ordre socio-politique, rédigée fin 2010 à l'attention de la direction de la société de transport public.

On y évoque pêle-mêle "le morcellement des compétences entre les différents niveaux de pouvoir qui a eu pour effet de rendre la fonction politique moins attrayante", la disparition progressive "des grandes personnalités politiques issues de la bourgeoisie et une montée de personnalités de moindre envergure issues de la classe moyenne".

La note parle également du départ des populations "aisées et cultivées" en dehors de Bruxelles et de la croissance de "la population d'origine non-européenne" comme orientant "de manière structurelle l'électorat vers les partis de gauche et de centre-gauche".

Toujours selon la Libre, cela fait dire à l'analyste de la STIB qu'un renforcement du pouvoir de la Région bruxelloise dans le cadre de la réforme de l'Etat "aurait un effet défavorable sur les grands projets d'investissement".
"Ce phénomène sera encore accentué par l'accession au pouvoir de belges d'origine étrangère dépendant d'un électorat à la fois communautaire et volatile" les rendant "très mitigés et prudents", selon cette note.

Pour le secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir, en charge notamment de la gestion des déchets et de la Formation professionnelles, de tels propos sont "scandaleux", "inqualifiables" et "à la limite du racisme".

Selon lui, la ministre du Transport, Brigitte Grouwels doit prendre attitude "en regard des dégâts causés par le management de la première entreprise publique bruxelloise".

© La Dernière Heure 2011

Publicité clickBoxBanner