Belgique

Selon l'hebdomadaire Le Vif, sept habitants de la capitale ont décidé de déposer plainte au pénal, avec constitution de partie civile, contre plusieurs membres du cabinet de la ministre fédérale de la Mobilité Jacqueline Galant et les principaux dirigeants de Belgocontrol. D'après le site web de l'hebdomadaire, la plainte porte sur les griefs de coalition de fonctionnaires, entraves aux règles de passation des marchés publics, corruption de fonctionnaires et perpétration d'actes arbitraires. Les noms de Dominique Offergeld, cheffe de cabinet de Jacqueline Galant, et Johan Decuyper, administrateur-délégué de Belgocontrol, sont cités.

Les représentants de groupes de riverains, d'associations et les particuliers, unis dans cette démarche, s'appuient entre autres sur les révélations autour du dossier de la collaboration entre le cabinet de la Mobilité et le bureau d'avocats Clifford Chance, sans passer par la passation de marchés publics.

Selon Me Philippe Vanlangendonck, avocat des plaignants, ce dossier met en évidence la mise à l'écart délibérée de la Direction générale du Transport aérien (DGTA), mise dans l'impossibilité de défendre les droits des citoyens, dans son rôle de contrôleur des procédures aériennes.

Interrogé jeudi, Jean-Noël Lebrun, représentant de l'association "Coeur de l'Europe", a affirmé que le déballage autour du dossier de la collaboration entre le cabinet de la Mobilité et le bureau d'avocats Clifford Chance avait mis sur la place publique une série de documents portant des traces de malversations au préjudice de citoyens de l'agglomération bruxelloise.

Selon "Le Vif", les plaignants s'interrogent par ailleurs sur le rôle de Belgocontrol, qui bénéficierait d'un "régime d'impunité" alors que l'entreprise publique ne permet pas à la DGTA d'accéder aux données qui lui sont indispensables pour veiller au respect des règles.