Belgique

Sur les plateaux de la RTBF et de RTL, il défend son fils

CHARLEROI Il avait décidé de rester en retrait jusqu'ici pour éviter de faire de l'ombre à son fils puisque le nom de Van Cauwenberghe "semblait poser problème à certains, peu importe le prénom ". Mais dès l'annonce des partenaires PS-MR-CDH de la conclusion d'un préaccord duquel Philippe Van Cauwenberghe est exclu comme échevin, le père de voit rouge et monte aux barricades : plus question de retenue dans ces conditions !

Invité des plateaux dominicaux, Jean-Claude Van Cauwenberghe poursuit son travail de sape entamé vendredi lors de ses premières sorties médiatiques... même s'il paraît déjà moins agressif. "Lors de la réunion des élus socialistes de vendredi, une majorité s'est dégagée pour dire que si le PS était prêt à admettre la perte du mayorat au profit de Jean-Jacques Viseur, il en va autrement de l'éviction de Philippe, qui est ressentie comme profondément injuste : le travail de Philippe pendant ces six mois n'est pas remis en cause et son inculpation ne relève pas de la gestion de la ville mais simplement d'une altercation entre colleurs d'affiches. Il faut donc renégocier. Viseur doit endosser le rôle de rassembleur : le CDH prendra-t-il le risque de faire sauter un accord pour fait d'homonymie", défendait Van Cau tout en décochant quelques flèches à l'endroit du potentiel mayeur "élu du plus petit parti dans la coalition avec le plus petit score, Jean-Jacques Viseur souffre d'anémie électorale".

Lors du podium chez Pascal Vrebos, c'est pourtant l'Écolo Xavier Desgain que le patron des socialistes carolos a laissé sur le carreau, plaçant dans l'ordre Paul Ficheroulle, "pour qui tout le monde s'accorde à dire que si les socialistes gardaient le mayorat, c'est vers lui qu'il faudrait se tourner", Olivier Chastel et Jean-Jacques Viseur, "qui reste un homme dont les compétences ne sont pas à remettre en cause, c'est d'ailleurs pour cela que je l'ai remis en selle dans l'équipe de majorité au sortir des élections communales". À choisir entre Viseur et Chastel, le socialiste Van Cau préfère encore le libéral "qui a fait le second score sur Charleroi".

Concernant les affaires, Van Cau s'est répété "accusé de tout, mais inculpé de rien", plaidant "qu'il faudra démontrer que la mise en place d'une nouvelle manière d'archiver les P.-V. de collège alors que j'étais bourgmestre a permis dès cette époque de commettre des irrégularités". Aussi, Jean- Claude Van Cauwenberghe se dit prêt à être entendu par la juge d'instruction : "Je lui dirai ce que je sais, c'est-à-dire presque rien. Sinon il faudra du biscuit pour m'interroger !".