Van Quickenborne: "Nous disons à la population: au travail!"

Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Belgique

Le ministre Van Quickenborne (Open VLD) a défendu hier la réforme des pensions


BRUXELLES “Une réforme équilibrée” qui entrera en vigueur “graduellement” . Mieux: une réforme “sociale” , “progressiste” même…

Le nouveau ministre des Pensions, le (très) libéral Vincent Van Quickenborne (Open VLD) a défendu hier la réforme du système des pensions adoptée vendredi – et amendée hier – par le Conseil des ministres et votée hier en commission Affaires sociales de la Chambre. Le vote en séance plénière aura lieu jeudi ou vendredi en fonction de la longueur des débats.

Mais, on l’a compris, elle entrera en vigueur avant la fin de l’année afin d’être appliquée dès janvier 2012. Quoi qu’il arrive… Comprenez : que cela plaise ou non aux syndicats, au risque de grèves à répétition, à partir de ce jeudi (voir ci-dessous). Et c’est bien ce qui énerve l’opposition. “Soyons clairs : il n’y a pas eu la moindre concertation avec les partenaires sociaux” , s’est agacée hier Zoé Genot (Ecolo).

“Restons honnêtes” , lui a répliqué le ministre. “Ce débat sur la réforme des pensions a déjà eu lieu ici, avec cette même commission, sur base du livre vert rédigé sous l’ère de mon prédécesseur” Michel Daerden (PS). “Un consensus s’est dégagé” visant à augmenter l’âge du départ effectif à la retraite tout en maintenant l’âge légal à 65 ans. “Et je suis convaincu que chaque groupe politique a eu une série de consultations avec les partenaires sociaux.”

Il ajoute que ces derniers seront consultés lors de la rédaction des arrêtés royaux concrétisant les mesures votées. Ce qui permettra, dit-il, d’éventuelles corrections. Il a d’ailleurs souligné que le kern (comité ministériel restreint) a adopté des mesures transitoires hier.

L’argumentaire n’a pas convaincu Mme Genot. Laquelle a fait remarquer au ministre qu’on n’organise pas de concertation sociale “après un vote” . “On va à l’encontre de ce qui a fait la réussite de notre modèle social. On se moque des gens et on change les règles en cours de route !” Le malaise du PS, du CDH et du SP.A – tous trois dans la majorité – était perceptible sur ce point…

Autre grief de l’opposition : l’emploi ! La réforme des pensions doit s’accompagner d’une “hausse du taux d’activité” , a insisté Wouter De Vriendt (Groen). “Il n’y a pas de perspective à cet égard. Le gouvernement se limite à une simple opération d’assainissement des finances publiques. Vous loupez l’occasion de réaliser une bonne réforme des pensions.”

Réponse de Van Quick : il faut appréhender la réforme dans un tout, c’est-à-dire en regard de l’ensemble de l’accord de gouvernement. Qui prévoit, selon le ministre, de renforcer le taux d’emploi, notamment des jeunes. Bref, “nous disons à la population : au travail ! La réforme rapportera 1 milliard d’euros à l’État. Mais l’important est que l’on pourra avoir plus d’argent à consacrer à l’activation des demandeurs d’emploi.”

Pour rappel, il est prévu (nos éditions précédentes) de durcir l’accès à la prépension et de modifier le calcul de la pension (par rapport au crédit-temps). Le kern a toutefois décidé hier que toutes les demandes introduites avant le 28 novembre dernier seraient immunisées contre les nouvelles règles.

En savoir plus

La ligne verte pour toutes vos questions sur les pensions. Pour les francophones : 0800/50.256



Van Quickenborne espérait "un peu plus de compréhension"


Le ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne, a affirmé lundi soir qu'il s'était attendu à "un peu plus de compréhension" pour son projet de réforme des pensions, qui a suscité de nombreuses réactions, principalement de la part des syndicats mais aussi des partis d'opposition. Il a également démenti à l'agence BELGA l'absence de concertation dénoncée par les organisations syndicales.

"Une invitation à une concertation a été envoyée, la semaine dernière déjà", a assuré M. Van Quickenborne (Open Vld).

En ce qui concerne le secteur public, la concertation est fixée à jeudi - le jour où le parlement doit voter les mesures proposées par le ministre.
"Quel est encore le sens" d'une telle concertation, s'est demandé Chris Reniers, de la branche flamande du syndicat socialiste CGSP.

Le front commun syndical a annoncé pour jeudi une grève générale au sein des services publics.

M. Van Quickenborne a déploré cette menace de grève. "La concertation est encore en cours", a-t-il souligné, assurant qu'elle avait eu lieu sur les mesures transitoires et que l'on pouvait encore discuter des arrêtés royaux d'exécutions.

Le Premier ministre Elio Di Rupo doit rencontrer mardi les représentants patronaux et l'ensemble des partenaires sociaux se voient mercredi, date du prochain conseil ministériel restreint.