Belgique Fermé depuis samedi, le viaduc Herrmann-Debroux est le vestige d’une autre époque : celle où les relations entre mondes politiques et économiques n’étaient pas réglementées.

Un juteux projet de construction pesant des milliards de francs belges attribué sans réel contrôle extérieur à un certain nombre d’entreprises privées, des quartiers entiers démolis sans même consulter les autorités locales et le chantier finalement lancé en toute illégalité : autant d’éléments qui pourraient faire un très bon thriller, mais qui résument la naissance du viaduc Hermann-Debroux. Fermé depuis samedi de manière préventive, ce viaduc qui coupe en deux la petite commune d’Auderghem est le parfait symbole de l’époque des années 60-70 : le tout à la voiture et les liens pour le moins malsains entre élus politiques et grands patrons.

(...)