Belgique La commune de Grimbergen a refusé ce jeudi soir de supprimer le chemin vicinal qui traverse le parking C.

Nouveau rebondissement dans l’affaire du futur stade national. La majorité communale de Grimbergen a décidé, ce jeudi soir, de ne pas supprimer le sentier qui traverse le site du parking C du plateau du Heysel, sur lequel sera bâti le stade. Une décision qui pourrait être concevable sauf que ce sentier n’existe plus… du moins physiquement.

Recouvert depuis les années 60 par une épaisse couche de remblais, ce chemin n’est tout simplement plus visible, ni praticable. Le début et la fin du chemin ont d’ailleurs été supprimés pour laisser place à l’autoroute. Malheureusement, celui-ci existe toujours administrativement. Et pour espérer obtenir les permis de bâtir, le promoteur immobilier Ghelamco, en charge du projet du stade national, a besoin que ce sentier soit définitivement rayé de la carte. Situé sur la commune de Grimbergen, à la lisière de la Région bruxelloise, c’est donc aux élus locaux de décider du sort de ce chemin vicinal.

Selon Ghelamco, cette situation est totalement incompréhensible. "On dépasse réellement les frontières du surréalisme. Si Magritte était encore parmi nous, je lui demanderais de retrouver ce chemin. Je vais demander à la commune de Grimbergen des explications car je ne le vois pas ce sentier" , s’impatiente Philippe Neyt, administrateur de Ghelamco, présent sur le parking C ce vendredi pour rencontrer la presse.

La société avait d’ailleurs dépêché sur place une pelleteuse afin de vérifier la présence physique du chemin, enterré depuis plusieurs décennies à des profondeurs variant de 50 à 250 centimètres. Ghelamca compte procéder à une analyse juridique approfondie de la décision de Grimbergen.

Dès l’instant où la commune confirmerait la présence physique de ce sentier, Philippe Neyt n’écarte pas la possibilité de fermer l’accès au parking C en vue du salon Batibouw, qui se tiendra du 16 au 26 février. "Si la commune considère que ce sentier existe, les automobilistes qui vont l’utiliser commettront des infractions au code de la route. Les emplacements de parkings situés sur le parcours ne devraient plus pouvoir être utilisés non plus", fait savoir l’administrateur, qui semble mettre la pression aux autorités communales. En effet, la fermeture du parking durant Batibouw engendrerait de gros problèmes de mobilité.

Le stade national prêt pour 2020

Malgré les retards subis, l’échéance d’une participation de la Belgique à l’Euro 2020 de football par la mise à disposition de la nouvelle enceinte n’est pas compromise, d’après Ghelamco. "Le démarrage des travaux d’ici le début du printemps n’apparaît pas envisageable mais on croit toujours en ce projet et nous maintenons nos objectifs. Le stade peut être bâti pour 2019", a déclaré Philippe Neyt, administrateur de Ghelamco. Il faudra donc moins de trois ans au promoteur immobilier pour construire un stade de… 60.000 places. 

"Nous avons déjà de grandes expériences derrière nous à Gand et à Varsovie. Il est possible de construire un stade en huit mois. Ça a d’ailleurs été le cas avec le stade de Gand. Bien sûr, cela demandera plus d’équipes et il faudra travailler à des heures irrégulières mais c’est faisable", a tenu à rassurer Philippe Neyt, qui ajoute que les recours sont devenus monnaie courante lors de gros projets immobiliers.