Economie 243 milliards d'€ de bénéfice pour les 250 premières compagnies

PARIS Les compagnies pétrolières mondiales, l'américaine ExxonMobil en tête, ont réalisé l'an dernier des bénéfices en or, dont leurs actionnaires ont aussi largement profité, grâce à la flambée des prix de l'or noir.

Les cours du pétrole brut ont bondi de 40% depuis janvier 2005.

Ces niveaux records - le prix du baril a même dépassé les 70 dollars fin août - ont largement compensé une baisse générale de la production des compagnies affectées cet automne par des ouragans dans le golfe du Mexique.

Selon la maison de courtage française Aurel Leven, les 250 principales compagnies pétrolières mondiales ont totalisé en 2005 des bénéfices de 243 milliards d'euros, soit une progression de 35% par rapport à 2004. «Les perspectives restent toujours aussi favorables pour cette année, même si l'on anticipe pour 2006 un prix moyen du baril à 55 dollars», contre environ 60 dollars l'an dernier, souligne Christian Parisot, analyste chez Aurel Leven.

Une étude de l'agence de notation financière Moody's datant de janvier estime que les treize plus grandes firmes pétrolières mondiales ont reversé environ 100 milliards de dollars à leurs actionnaires en 2005. ExxonMobil, BP et Shell représentent la majorité des paiements.

Selon Aurel Leven, «les pétrolières se sont affichées comme le secteur à jouer en 2005. Les bénéficiaires ont été les actionnaires et les détenteurs des obligations avec au menu: dividendes, rachats d'action, rehaussement de notations».

Premier groupe pétrolier mondial, ExxonMobil a largement battu ses propres records en 2005 avec un bénéfice dépassant les 10 milliards de dollars au quatrième trimestre et les 36 milliards de dollars sur l'année.

Côté chiffre d'affaires, Exxon a gagné l'année dernière 371 milliards, soit plus que le Produit intérieur brut de l'Arabie saoudite, premier producteur mondial de pétrole.

Le numéro deux mondial, le britannique Royal Dutch Shell a battu en 2005 le record des bénéfices pour une entreprise britannique, avec 22,94 milliards de dollars, en hausse de 30% sur un an.

Numéro trois mondial, le britannique BP a affiché un bénéfice annuel en hausse de 25,2% à 19,31 milliards de dollars. Juste derrière, le français Total a annoncé des profits de près de 15 milliards de dollars, en croissance de 31%.

L'américain Chevron a, lui, dégagé plus de 14 milliards de dollars en 2005 (+6%). Son compatriote ConocoPhillips a pour sa part vu ses bénéfices grimper de plus de 50% au dernier trimestre de 2005, récoltant 3,7 milliards et 13,6 milliards sur l'année.

En Norvège, Statoil a affiché 4,5 milliards de dollars, un record pour une entreprise nationale.

Le groupe pétrolier public russe Rosneft qui devrait entrer en bourse cette année a presque multiplié par six son bénéfice net sur les 9 premiers mois de 2005, à 3,7 milliards de dollars contre 620 millions un an plus tôt.

Malgré ces chiffres flamboyants, les compagnies restent sous pression pour réinvestir leurs énormes bénéfices dans l'exploration et maintenir la croissance de leur production, tout en continuant à distribuer des sommes conséquentes à leurs actionnaires.

© La Dernière Heure 2006