Economie Le Belge Guy Quaden n'est pas candidat à la vice-présidence de la BCE

BRUXELLES S'il se déclare `honoré´ que certains aient pu penser à lui pour succéder à Christian Noyer au poste de vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Guy Quaden ne compte pas déménager au printemps prochain pour aller s'installer à Francfort.
`Je ne suis pas candidat´, a-t-il assuré en marge de la présentation du rapport annuel de la BNB. `Je suis gouverneur depuis 3 ans. J'aime ce que je fais. Il y a encore beaucoup de pain sur la planche.´ Il compte, notamment, amener la BNB dans une nouvelle phase de développement.
Il est vrai, aussi, que le transfert de Guy Quaden à la BCE aurait virtuellement hypothéqué les chances d'autres Belges de pouvoir briguer le poste de gouverneur que Wim Duisenberg laissera vacant en juillet 2003, un même pays ne pouvant décemment cumuler ces deux mandats.

Grosses pointures

Or, quelques grosses pointures -les noms de l'ancien ministre des Finances Philippe Maystadt (actuellement à la tête de la Banque européenne d'investissement (BEI) et du ministre des Finances Didier Reynders tout auréolé de sa présidence de l'Eurogroupe ont été évoqués - sont, semble-t-il, sur les rangs dans cette course jalonnée d'obstacles.
Certes, la France est en principe bien placée pour décrocher la timbale. C'est en effet Jean-Claude Trichet, gouverneur de la Banque de France, qui devrait succéder à Wim Duisenberg.
Mais voilà, empêtré dans l'affaire du Crédit Lyonnais, Jean-Claude Trichet pourrait bien être rattrapé par la justice d'ici là. Auquel cas il pourrait faire une croix sur la présidence de la BCE. De quoi aiguiser pas mal d'appétits. Mais le parcours menant à Francfort risque d'être semé de pas mal d'embûches.