Economie

Fortis et Dexia ont poursuivi leur dégringolade

BRUXELLES La descente aux enfers de Fortis et Dexia s'est poursuivie mercredi à la Bourse de Bruxelles, avec des baisses respectives de 4,81 % et de 6,11 % pour ces deux valeurs financières qui n'arrêtent pas d'en faire voir de toutes les couleurs à leurs actionnaires.

Fortis et Dexia ne sont pas les seules à avoir été victimes de ce jeu de massacre : Agfa-Gevaert (- 5,79 %), UCB (- 4,24 %) et Solvay (- 4,08 %) ont également fait les frais d'une séance boursière marquée par une baisse de 18 des 19 valeurs du Bel20 (Cofinimo a gagné 0,25 %), qui a donc clôturé en baisse de 3,18 % à 3.882,37 points, soit son plus bas niveau depuis septembre 2006.

Bruxelles a d'ailleurs enregistré la plus forte baisse des marchés européens, étant toutefois talonnée par les Bourses suisse (- 2,56 %) et britannique (- 2,50 %).

Cette nouvelle journée noire sur les places financières européennes a plusieurs causes, selon les analystes : poursuite de l'affaiblissement du dollar face à l'euro, un baril de pétrole toujours plus cher et une révision en baisse des prévisions de croissance aux États-Unis, le tout dans un contexte financier délicat lié à la crise des crédits hypothécaires à risque aux États-Unis.

Fortis et Dexia paient les pots cassés de la crise des subprimes. À tort, sans doute : les deux banques ne sont que marginalement exposées aux crédits à risque, ce qui ne les empêche pas d'être emportées dans la tempête touchant la plupart des valeurs financières (l'une des bonnes exceptions est la KBC, qui limite la casse). Fortis souffre peut-être aussi d'un large dégagement d'investisseurs ayant acheté à bon compte l'action lors de la récente augmentation de capital.

Il n'en reste pas moins que, pour l'actionnaire fidèle de Fortis, la pilule est assez difficile à avaler : de 35,57 euros juste avant l'annonce de l'OPA sur ABN Amro, l'action est tombée hier à 16,22 euros en clôture, soit son cours le plus bas sur trois ans. Même en ajoutant à ces 16,22 euros les 4,22 euros de droit de souscription, la baisse est de plus de 40 %. Pour Dexia, la baisse par rapport à son plus haut de l'année (24,95 euros) est d'un peu moins de 40 %... pour l'instant.

Pour certains analystes, Fortis et Dexia sont très attrayantes aux cours actuels vu les dividendes élevés qu'elles devraient continuer à verser. D'autres, par contre, estiment que le secteur financier est à éviter...