Economie

Les négociations s'éternisaient lundi après-midi au siège de Brussels Airlines, à Diegem, où a lieu, depuis le début de la journée, une réunion de conciliation entre direction et représentants des pilotes. 

Cela alors que la compagnie aérienne connait sa deuxième journée de grève en 16 ans d'histoire. La réunion de conciliation a débuté peu après 9h00, en présence de nombreux pilotes grévistes devant le bâtiment qui abrite le siège de l'entreprise. Elle a été suspendue vers 12h00 pour reprendre peu après 15h00. Les pilotes ont, quant à eux, quitté les lieux.

Les négociations étaient alors "difficiles", à en croire les syndicats, qui ne souhaitaient pas s'exprimer sur le contenu des nouvelles propositions formulées par la direction.

Depuis le milieu de l'après-midi, plus aucune information ne filtre. Il semble malgré tout que les syndicats soient en attente d'une proposition de la direction, sans doute différente de celle déposée sur la table durant la matinée.

Les négociations portent principalement sur une rémunération des pilotes revue à la hausse, un meilleur équilibre entre vies privée et professionnelle et sur les pensions.

Étienne Davignon, le président de Brussels Airlines, a confirmé la difficulté des négociations à son arrivée au siège de la compagnie, sur le coup de 18h00. Son apparition est peut-être le signe que les discussions arrivent à un moment charnière.

Une nouvelle grève est prévue mercredi. Au total, plus de 60.000 passagers sont concernés par les annulations de près de 600 vols sur les deux jours. Chaque jour de grève coûtera 4,7 millions d'euros à Brussels Airlines.

Certains passagers regrettent la mauvaise communication de Brussels Airlines.

David et Arne devaient se rendre à Göteborg en Suède. "Brussels Airlines nous a trouvé une solution via Stockholm, mais nous aurons quatre heures de retard par rapport à notre vol initial. On s'en sort plutôt bien : je m'attendais à ce qu'il y ait un kilomètre de file devant les guichets de la compagnie et honnêtement cela va très vite. Nous avons bien fait de venir car Brussels Airlines communique très mal. Sur son site, qui n'a plus été actualisé depuis vendredi, elle évoque toujours une grève "possible". Ce n'est pas professionnel". Les deux Suédois étaient en Belgique pour assister à une course automobile sur le circuit de Mettet. "Nous avons des amis qui sont venus avec Ryanair via Charleroi et ils se sont bien moqués de nous et notre billet bien cher via Bruxelles !"

François, arrivé du Cameroun très tôt ce matin, se retrouve bloqué à Bruxelles alors qu'il devait se rendre chez lui à Genève. "Je dois absolument rentrer car ma femme et mon fils de quatre mois m'attendent. Brussels Airlines n'a pas de solution pour moi aujourd'hui et cela ne me convient pas. L'employée de la compagnie m'a pris de haut et je suis furieux. On a même été voir à la Gare du Nord pour prendre un bus jusqu'en Suisse, mais cela prenait trop de temps".

Sa voisine, qui doit aussi se rendre à Genève, le prend avec davantage de philosophie. "Brussels Airlines va nous loger et nous serons à Genève demain. Les problèmes, cela arrive à tout le monde et on peut comprendre. C'est comme un mariage, il faut être fidèle. C'est pour le meilleur et pour le pire".

La grève des pilotes occasionnera bien l'annulation de 75% des vols de Brussels airlines lundi, a confirmé la porte-parole de la compagnie belge.

De nombreux vols SN étaient en effet teintés de rouge sur le site internet de Brussels airport, et ce jusqu'en fin de journée. "25% des vols sont opérés. A Brussels airport la situation était très calme ce matin", a encore souligné Wencke Lemmes.

Une nouvelle procédure de conciliation entre la direction et les syndicats des pilotes a lieu ce lundi matin. La direction compte y soumettre une nouvelle proposition à leurs représentants.

Brussels airlines connaîtra lundi et mercredi le second mouvement de grève de ses pilotes de son histoire, en raison de l'absence d'un accord avec la direction sur l'évolution des salaires des pilotes, notamment.

Au total, plus de 60.000 passagers sont concernés par les potentielles annulations de vols. La compagnie a pu entrer en contact avec 55.000 d'entre eux. La majorité ont bénéficié d'une nouvelle réservation tandis que le reste des voyageurs aura droit à un remboursement ou introduira une plainte. D'autres encore volaient avec un tour-opérateur et ont également trouvé une alternative de voyage.