Economie

Au moins deux candidats seraient intéressés par la reprise des outils liégeois qu'ArcelorMittal doit céder dans le cadre du rachat du sidérurgiste italien Ileva. 

Le géant de l'acier l'aurait confirmé aux syndicats lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire, mardi. Les deux candidats seraient le Russe NLMK et l'Allemand Salzgitter. Le premier est déjà bien connu en Wallonie, puisqu'il a repris des infrastructures de Duferco en 2007. L'intérêt de Salzgitter AG est plus surprenant. Deuxième producteur d'acier en Allemagne après Thyssen Krupp, il réalise une grande part de ses ventes outre-Rhin.

Les intentions d'ArcelorMittal continuent de crisper les syndicats. Ils ont déposé un préavis de grève conservatoire pour couvrir toute action sociale potentielle.

La Commission européenne a donné son feu vert à la reprise d'Ileva par ArcelorMittal, le plus gros producteur mondial d'acier. Pour éviter une position trop dominante sur le marché européen, le géant industriel doit céder certaines de ses usines. En Belgique, les lignes de galvanisation 4 et 5 à Flémalle et le site de Ferblatil à Tilleur sont concernées.