Economie

Laminé par des résultats trimestriels décevants, Facebook chutait de plus de 20% jeudi dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street, ce qui correspondrait à une perte d'environ 130 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Vers 12h50 GMT dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance à la Bourse de New York, le titre de l'entreprise perdait 21,11% à 171,59 dollars.


Si cette tendance se confirme à l'ouverture à 13h30 GMT, et en prenant en compte les actions de classe A et de classe B du groupe, cela représenterait une perte de 132,8 milliards de dollars.

Englué dans les polémiques, le réseau social a indiqué mercredi soir n'avoir au 30 juin que 2,23 milliards d'utilisateurs mensuels actifs (+11%), moins que les 2,25 milliards anticipé par les marchés.

Chiffre d'affaires décevant

Le chiffre d'affaires de l'entreprise, qui a atteint 13,23 milliards de dollars entre avril et juin, est aussi inférieur aux prévisions des analystes financiers.

Coup de massue pour les investisseurs, le groupe a également prévenu que le ralentissement de la croissance et la hausse des dépenses allaient se poursuivre nettement dans les mois qui viennent.

L'action avait pourtant grimpé mercredi à un niveau inédit, atteignant 217,50 dollars, après avoir gagné 23,3% depuis le début de l'année.

Ouverture difficile pour Wall Street

Wall Street a donc ouvert en ordre dispersé ce jeudi, entre autre à cause de Facebook. Le Dow Jones prenait 0,21% et le Nasdaq, plus sensible aux valeurs technologiques, perdait 1,06%.

La place new-yorkaise avait pourtant terminé en forte hausse mercredi, le marché profitant d'un accord entre Donald Trump et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker sur le front commercial.