Economie

Grâce au plan CatCh (CATalyst 4 Charleroi), le ministre-président wallon Paul Magnette et le ministre de l'Économie Jean-Claude Marcourt veulent créer d'ici 2025, dix mille nouveaux emplois dans la région de Charleroi-nord.

 Après avoir racheté le site du géant industriel américain Caterpillar à Gosselies pour un euro symbolique, la Région wallonne a présenté ce vendredi matin son plan quant à l'utilisation des lieux ainsi qu'au développement de la région de Gosselies.

Baptisé CatCh, ce plan prévoit la création de nombreux emplois grâce au développement des secteurs déjà fortement ancrés dans la région. Il vise surtout le renfort des activités aéroportuaires et logistiques, de l'industrie créative et digitale, de la santé et du Biopark, sans oublier la manufacture de pointe. Ces quatre pôles représentent aujourd'hui 25% des emplois dans le bassin carolorégien.

Thomas Dermine, l'un des responsables du projet CATalyst 4 Charleroi, explique les choix effectués. "On ne peut pas être bon dans tous les domaines. C'est pour cela que nous avons choisi des secteurs où il est possible de persévérer. Nous voulons nous conforter là ou nous sommes déjà à la pointe. Le mot "CatCh" signifie en anglais 'rattraper'. Charleroi veut rattraper le reste de la Wallonie avec ce nouveau plan."

Il s'agit donc d'un coup de fouet pour l'emploi et l'attractivité dans la région. "Il y a déjà eu le plan Charleroi 2020, mais ici nous avons l'effet de choc Caterpillar. Nous visons une structure opérationnelle pour la fin de l'année 2017. Avec ce plan et cette reprise du site Caterpillar, nous diminuons la perte d'emploi de 50%. En effet, il y aura les 2.200 emplois perdus sur le site ainsi que 800 personnes touchées indirectement. Sans notre intervention, nous aurions avoisiné les 6.000 pertes", souligne Paul Magnette.

Projeté vers l'avenir, CatCh table sur la création de 10.000 emplois à l'horizon 2025. Pour le ministre Marcourt, l'enjeu est clair: "nous voulons trouver de l'emploi pour les personnes qui n'en ont plus. Cela ne se fera pas en un jour ou un mois mais nous espérons un taux de réussite élevé dans les prochaines années. 2008 a été l'une des pires crises pour le travail en Belgique. La ville de Charleroi a été particulièrement touchée. Pour relancer l'activité, il ne suffit pas de transformer le centre-ville, il faut transformer toute la zone. C'est à cela que nous travaillons. Charleroi a une mauvaise image mais nous allons essayer de changer les apparences et avec CatCh nous voulons rassembler toutes les initiatives".

Parmi les grandes nouveautés proposées, on peut épingler l'amélioration des connexions entre le centre-ville de Charleroi et Gosselies. Pour cela, il est prévu une extension de la ligne de tram afin de desservir le pôle emploi de l'Aéropôle en plus de l'aéroport. Sans oublier la création d'un nouvel échangeur pour améliorer la liaison routière.