"Fin des abus dans les marchés publics" à Bruxelles

Publié le - Mis à jour le

Economie

"Il est temps d'intégrer la question des prix et la dimension sociale dans la passation des marchés publics", a déclaré Benoit Cerexhe


BRUXELLES Le gouvernement bruxellois a l'intention de créer un observatoire des prix de référence des marchés publics afin de lutter au mieux contre le travail au noir, écrit jeudi La Libre Belgique. "Une première en Belgique", se réjouit le ministre bruxellois de l'Emploi et de l'Economie Benoît Cerexhe (cdH). "Il existait des observatoires de prix, mais pas encore au niveau des services. Il est temps d'intégrer la question des prix et la dimension sociale dans la passation des marchés publics."

Cet observatoire, qui sera logé au conseil économique et social et où deux personnes travailleront à temps plein, sera une "sorte de bibliothèque des prix". "Un inventaire neutre, objectif et fiable où tous les pouvoirs publics, communes, Région, OIP... transmettront leurs informations lors d'un marché public", précise M. Cerexhe.

L'objectif sera aussi de repérer les prix "anormalement bas... ou hauts". Mais le but premier sera surtout de s'attaquer au travail au noir. "Quand une autorité publique attribue un marché de nettoyage à 10 euros brut de l'heure par employé, on sait que ce n'est pas possible en respectant la législation sociale de notre pays".

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner