Economie Lancée il y a un an, l’offre low-cost de Thalys a rencontré un franc succès

Il y a tout juste un, Thalys lance son offre low-cost entre Bruxelles et Paris. Visiblement, cette recette, pensée à la base pour les jeunes et comme une alternative à la voiture, au bus et au covoiturage, a séduit. En un an, les trains Izy ont transporté 400.000 voyageurs et affichent un taux d’occupation de 80 % le week-end. "Les chiffres reflètent, mieux que les mots, le besoin auquel nous avons répondu en lançant Izy" , explique Agnès Ogier, CEO de Thalys, dans un communiqué de presse. "Sans lui, 60 % de ses voyageurs n’auraient pas pris le train : dont la moitié n’auraient pas voyagé du tout et les autres auraient pris le car ou la voiture, avec un bilan carbone jusqu’à huit fois plus élevé."

Fort de ce succès, Izy compte donc effectuer quelques changements cette année pour améliorer son service. Premièrement, plus de trains vont être mis en service pour mieux répondre à la demande sur certains horaires. Deuxièmement, Izy souhaite diminuer ses tarifs.

Dans un communiqué, Thalys détaille son choix, en cinq points :

Circuler en rames doubles, L’objectif est d’augmenter la capacité et de mieux répartir les coûts de péage, qui atteignent 30 % des coûts d’exploitation.

Optimaliser les horaires loisirs. L’offre Izy sera augmentée de + 6 % cet été, au prix d’une réduction du choix horaire.

Privilégier les petits prix. Quand les voitures Standard seront pleines, les sièges de confort XL seront ainsi ouverts aux tarifs Standard sans supplément.

Ajuster trimestriellement le plan de transport pour, entre autres, augmenter la capacité d’Izy pour les vacances scolaires.

Mobiliser le parc Thalys. Les rames rouges seront couplées, dès le 12 juin, aux rames vertes.

Pour rappel, Izy rallie Bruxelles à Paris en 2 h 15, contre 3 h en voiture et 1 h 22 en Thalys. Le prix d’appel est de 10 € et peut monter, au maximum, jusqu’à 59 €.