Hausse de la TVA ? “La solution de facilité”

A. C. Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Economie

“Que les ministres réduisent leur salaire” , commente le professeur Jean Hindriks

BRUXELLES Jouer sur la TVA pour dégager des moyens financiers supplémentaires ? “C’est la solution de facilité” , s’agace Jean Hindriks, professeur d’économie à l’UCL et membre du groupe de réflexion Itinera.

Il constate avant tout plusieurs “absurdités” à la mesure. L’idée sur laquelle planche le gouvernement est de faire passer la TVA de 21 à 22 % et, éventuellement, de diminuer de 6 à 5,5 % celle sur les produits de première nécessité.

“Mais savez-vous que la TVA sur le mazout de chauffage est à 21 %? Au moment où l’hiver arrive et où les gens ont du mal à boucler leur fin de mois, on va leur dire que le mazout augmente de 1 %”, constate Jean Hindriks. “À l’inverse, la TVA sur les quads est de 6 % parce que ces motos sont considérées comme des engins agricoles… C’est complètement absurde !”

Selon le professeur, la consommation s’en fera ressentir. “Les gens achèteront l’essentiel et se limiteront sur les autres types de dépenses, comme les abonnements de téléphonie, la bière ou la construction.”

“Il est temps d’aller couper dans les dépenses publiques. Et qu’on arrête de nous faire croire qu’un tiers de l’effort vient de là. C’est faux ! C’est un quart maximum. Le reste se fait sur le dos des contribuables. Parce que, quand on taxe les banques ou le secteur nucléaire, ça se répercute sur eux…”

La première mesure à prendre est “symbolique : réduire les salaires de nos ministres ”. “En France, ils les ont diminués d’un tiers. Un ministre fédéral ou régional, chez nous, gagne 17.000 euros bruts par mois contre 10.000 pour son voisin français… C’est même plus que le président de la République ! L’effort doit venir d’en haut.”

Ensuite, “on a besoin de sobriété dans le fonctionnement de l’État” . M. Hindriks sort sa calculette et constate : “En 10 ans, tous niveaux de pouvoir confondus, les dépenses publiques ont augmenté de 70 %, contre 30 % en Allemagne. Trois fois moins.” Et d’estimer dans ce contexte que les Régions et Communautés devraient assumer une plus grande part de l’effort.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner