L'Espagne elle-même se juge trop grande pour un plan de sauvetage

Publié le - Mis à jour le

Economie

Depuis la demande d'aide publique historique de Bankia, l'Espagne est au coeur des inquiétudes des marchés

MADRID L'Espagne, bousculée sur les marchés qui doutent de sa solvabilité, a avancé mardi un nouvel argument pour éviter d'avoir recours à une aide extérieure, assurant qu'elle "ne peut techniquement pas faire l'objet d'un sauvetage", en raison de sa taille importante. Le pays est la quatrième économie de la zone euro, dont il représente 12% du PIB total, contre seulement 6% pour l'Irlande, le Portugal et la Grèce réunis. Les plans de sauvetage de ces trois pays ont coûté respectivement 85 milliards, 78 milliards et 292 milliards d'euros... ce qui laisse augurer d'un coût encore plus élevé pour Madrid.

Depuis la demande d'aide publique historique de 23,5 milliards formulée en mai par Bankia, troisième banque du pays par actifs, l'Espagne est au coeur des inquiétudes des marchés, les investisseurs craignant qu'elle ne puisse assumer seule ses obligations financières et doive demander une aide extérieure.
Mais cela ne sera pas le cas, "entre autres parce que l'Espagne ne peut techniquement pas faire l'objet d'un sauvetage", a affirmé le ministre du Budget Cristobal Montoro, sur la radio Onda Cero.

La porte-parole du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, a pour sa part réitéré son message optimiste, lors d'une rencontre avec des journalistes. "L'Espagne est à la tête de l'effort de réformes dans l'ensemble de l'Union européenne et cet effort commence à être reconnu dans le monde entier".

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner